Top 5 des scénarios les plus fous de l'histoire de la Ligue des champions

2 697partages

Pour vous faire patienter avant la reprise tant attendue de la Ligue des champions - dont le format se retrouve quelque peu chamboulé en raison de la crise sanitaire du Covid-19 -, nous vous proposons un petit top des scénarios les plus dingues de l'histoire de la C1.

L’échéance du quart de finale de la Ligue des champions face à l’Atalanta se rapproche à grands pas pour le PSG, qui atteint ce stade de la compétition pour la première fois depuis la saison 2015/2016.

Si l’effectif parisien aborde cette rencontre gonflé à bloc, l’équipe devra néanmoins faire sans son phénomène Kylian MBappé, blessé à la cheville.

Et pour atteindre le dernier carré, le PSG devra assumer son rôle de favori et effacer ainsi ses déconvenues du passé. L’élimination face à Manchester United l’an dernier mais surtout la cruelle désillusion face au Barça en 2017 continuent en effet de hanter les mémoires.

Autant de souvenirs douloureux pour les supporters, qui nous rappellent à quel point tout est possible dans le football. Seuls le football et la Ligue des champions peuvent nous offrir des scénarios aussi fous ! Et avec le retour de la compétition, sur laquelle vous pouvez toujours parier avec Betclic, nul doute que de nouvelles surprises seront au rendez-vous.

L’occasion pour nous de revenir sur les 5 scénarios les plus fous de l’histoire de la Ligue des champions.

1) Liverpool - Milan AC (3-3 a.p, 3-2 tab) : « Le miracle d’Istanbul » (25/05/2005)

Si les autres rencontres sélectionnées seront, à n’en pas douter, sujettes à débat, il n’y a en revanche aucune contestation possible quant à la première place de ce top, occupée par la finale de la Ligue des champions 2005, qui demeure l’un des plus grands si ce n’est LE plus grand match que cette compétition ait connu.

Ce Liverpool - AC Milan restera en effet à jamais comme la plus belle finale de l’histoire de la C1 et peut-être même du sport, tant le scénario du match, digne d’un film hollywoodien, fut un véritable ascenseur émotionnel pour tous les amateurs de football.

Bien sûr, d’autres renversements encore plus improbables ont eu lieu avant et après cette rencontre, mais ce match de légende, disputé le 25 mai 2005 dans l’ambiance surchauffée du stade Olympique d’Istanbul (Turquie), était une finale - qui plus est la 50e de la Ligue des champions - et c’est bien là toute la différence.

Ce n’est d’ailleurs pas pour rien qu’on le surnomme « Le miracle d’Istanbul ».

Rappel des faits : à la mi-temps, le Milan d'Ancelotti mène 3-0 grâce à Maldini (1ere) et Crespo (39e et 44e). Le match est à sens unique et les bookmakers ne donnent alors pas cher de la peau des Reds. Et pourtant dès le retour des vestiaires, un coup de casque monumental du capitaine Steven Gerrard (54e) suivi, deux minutes plus tard, d'un but du Tchèque Vladimir Smicer relancent complètement Liverpool.

Poussés par leurs 40 000 supporters présents dans le stade, les joueurs de Rafael Benitez finissent par égaliser (3-3) grâce à leur métronome espagnol Xabi Alonso, à l'heure de jeu. En seulement un quart d'heure, les Reds remontent ainsi leur handicap et tout est à refaire dans cette finale. Malgré l'intensité de la rencontre, plus rien ne sera marqué dans le temps réglementaire et la prolongation.

Et c'est au bout du suspense que Liverpool remportera finalement le trophée en s'imposant lors de la séance des tirs au but (3-2) grâce à son gardien polonais Jerzy Dudek, héroïque, qui repoussera trois tentatives des Rossoneri.

En un mot, inoubliable !

2) FC Barcelone - PSG (0-4 - 6-1) : La « Remontada » (08/03/2017)

Nous présentons d'ores et déjà nos excuses aux supporters parisiens pour ce qui va suivre mais il était difficile - pour ne pas dire impossible - de ne pas inclure la fameuse « Remontada » dans ce top.

Tout a été dit ou presque sur ce huitième de finale qui fut le théâtre du plus incroyable renversement de situation de l'histoire de la compétition. Et aujourd'hui encore, on se demande comment le Paris-Saint-Germain, qui avait surclassé les Catalans à l'aller au Parc des Princes (4-0) avec notamment un Angel Di Maria des grands soirs (doublé), a pu subir une telle humiliation.

C'est bien simple, après la copie parfaite rendue à domicile, les Parisiens avaient un pied et 4 orteils en quarts de finale. Jusqu'alors, aucune équipe n'avait en effet été éliminée après avoir remporté le match aller par 4 buts d'écarts.

Mais c'était sans compter sur la détermination des Blaugranas ! 

Emmené par un Neymar de gala, auteur de deux buts, le Barça va en effet surclasser le PSG au retour (6-1), dans un Camp Nou plein à craquer, où plus de 95 000 supporters avaient pris place.

Et comme dans un rêve où tout semble parfait, Barcelone inscrira le but libérateur par Sergi Roberto, au bout du temps additionnel, à la 95e minute.

Un scénario cauchemard pour les Parisiens et un match qui restera à jamais dans les annales du sport !

3) Liverpool - FC Barcelone (0-3 - 4-0) : La « Remontada » des Reds face au... Barça (07/05/2019)

Encore une histoire de remontada ! Mais cette fois, le Barça se retrouve dans le rôle de la victime expiatoire, crucifiée par un boureau nommé Liverpool, en demi-finale de l'édition 2019.

Tout avait pourtant bien commencé pour les coéquipiers de Lionel Messi ! Dans le sillage de leur meneur argentin auteur d'un doublé, dont un fantastique coup-franc, les Catalans remportent en effet le match aller (3-0) le 1er mai, mettant ainsi toutes les chances de leur côté pour accéder à la finale.

La démonstration collective du Barça qui a progressivement éteint des Reds, pourtant ambitieux dans le jeu, ne laisse alors que peu de place au doute et personne ne voit les hommes de Jürgen Klopp remonter leur handicap au match retour.

C'est donc avec une confiance décuplée que les joueurs du FC Barcelone se rendent à Liverpool pour la deuxième manche.

Mais rien ne va se passer comme prévu 6 jours plus tard à Anfield !

Dans une ambiance exceptionnelle, les Catalans balbutient en effet leur football et subissent la loi de Reds survoltés. Grâce à deux doublés signés Origi (7e, 79e) et Wijnaldum (54e, 56e), Liverpool terrasse son adversaire (4-0) et se qualifie pour une finale de la Ligue des champions 100 % anglaise, que le club remportera moins d'un mois plus tard à Madrid, en battant Tottenham (2-0).

4) Real Madrid - Atlético Madrid (4-1 a.p) : Sergio Ramos, héros de la « Decima » (24/05/2014)

Certains puristes regretteront probablement la présence de la finale de l'édition 2014 dans ce top, mais l'égalisation tardive des Madrilènes (90e +3) face aux Colchoneros, au bout du temps additionnel, reste l'un des plus incroyables comebacks de l'histoire de la Ligue des champions.

Ce match disputé à l'Estádio da Luz, antre du Benfica Lisbonne, a connu en effet un final époustouflant que les supporters du Real ne sont pas prêts d'oublier.

Menés depuis la 36e minute par leur rivaux de l'Atlético suite à un but du défenseur uruguayen Godin, les joueurs de Carlo Ancelotti vont d'abord buter pendant toute la rencontre sur la défense de fer des matelassiers, orchestrée de main de maître par le stratège argentin Diego Simeone.

Mais lorsque le corner de la dernière chance arrive alors que le temps réglementaire est déjà dépassé de 3 minutes, le capitaine de la Maison blanche, Sergio Ramos, se mue en sauveur et égalise d'un coup de tête rageur. Le but le plus important de sa carrière, de son propre aveu.

Le coup de grâce pour les joueurs de l'Atlético qui pensaient certainement avoir fait le plus dur !

Car même si ce but ne fait que remettre les deux équipes à égalité poussant ces dernières en prolongations, il coupe pourtant les jambes des Colchoneros qui ne s'en remettront pas.

Trois autres buts signés Bale (110e), Marcelo (118e) et Ronaldo (120e) viendront en effet achever les rojiblancos et valideront le triomphe quasi-inespéré du Real Madrid, qui remportera cette année-là la « Decima », sa dixième C1.

5) Tottenham - Ajax Amsterdam (0-1 - 3-2) : Un miracle signé Lucas ! (09/05/2019)

Pour la dernière place de ce top 5, il a fallu départager deux rencontres qui ont marqué les esprits : AS Roma - Barcelone (1-4 - 3-0) en 2018 et Ajax Amsterdam - Tottenham (1-0 - 2-3) en 2019.

Notre choix s'est finalement porté sur la seconde. D'abord parce qu'il s'agit d'une demi-finale retour, ensuite car l'épilogue de cette double confrontation fut un miracle pour le vainqueur, avec un héros que personne n'avait vu venir : Lucas Moura !

L'ancien parisien, auteur d'un triplé, a en effet connu son jour de gloire lors de cette demi-finale incroyable disputée à l'ArenA d'Amsterdam. Il faut dire que, dès le tirage au sort, la perspective de voir l'Ajax, équipe frisson de cette édition 2019, se mesurer aux hommes de Pochettino et leur football attrayant en faisait saliver plus d'un.

Et lorsque les deux clubs, tombeurs respectivement de la Juve et de Manchester City au tour précédent, se retrouvent dans le dernier carré, toutes les conditions semblent alors réunies pour assister à une opposition agréable.

Le match aller s'avère d'ailleurs très équilibré mais la courte et précieuse victoire de l'Ajax (0-1) à Londres semble condamner les Spurs à l'exploit.

Et pour ne rien arranger, les choses se compliquent au retour lorsque les coéquipiers de Hugo Lloris encaissent deux buts, signés De Ligt (5e) et Ziyech (35e), dès la première mi-temps. Ce sera le score à la pause.

Tottenham doit alors remonter trois buts en 45 minutes pour espérer se qualifier, ce qui semble mission impossible. C'est le moment que choisit Lucas Moura pour endosser le costume de Zorro.

Auteur d'un doublé express (55e, 59e) moins d'un quart d'heure après le retour des vestiaires, le Brésilien envoie finalement Tottenham en finale en inscrivant un but incroyable à la... 96e minute.

Un pur bonheur pour tous les amateurs de foot, mais un cauchemar pour l'Ajax qui pensait là tenir sa première finale de C1 depuis 23 ans.

Avec le retour de la Ligue des Champions à partir de ce vendredi 7 août, dans un contexte inédit et historique, on pourra s'attendre à des scénarios tout aussi fous même sur le format aller-retour a été laissé de côté et que les "remontada" seront plus improbables. Serait-ce l'occasion de miser sur des paris certains ? En tout cas tous les pronos seront permis sur Betclic.

Mentions légales : Jouer comporte des risques: isolement, endettement... Appelez le 09-74-75-13-13 (appel non surtaxé).

Plus d'articles