Des branchies en 3D pour permettre à l'homme de respirer en continu sous l'eau

Par
13 399
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Un designer japonais du nom de Jun Kamei pourrait bien avoir révolutionner la plongée sous-marine avec son invention: des branchies artificielles en 3D qui nous permettraient de respirer sous l’eau.

Lassé du bruit et du stress oppressant de la terre ferme, qui n’a jamais rêvé de pouvoir vivre comme un poisson dans l’eau, sans avoir à mettre la tête à la surface ? C’est sûrement cette idée qui a traversé l’esprit de Jun Kamei, chercheur en biomimétisme de l’Université de Tokyo, qui a présenté, le mois dernier à l’Imperial College de Londres, une invention qui pourrait faire des émules.

Jun Kamei / Amphibio

« Amphibio est une combinaison entre un concept et un prototype de travail. C’est un matériel imprimé en 3D qui fonctionne comme une branchie. Cela permet d’être comme un poisson dans l’eau. Ça ne garde que l’oxygène. C’est destiné à servir dans un futur où les températures seront plus élevées et le niveau de la mer plus haut » anticipe Jun Kamei.

Jun Kamei / Amphibio

En effet, elle nous permettrait de respirer sous l’eau bien plus longtemps qu’un tuba ou qu’une bombonne d’oxygène. Il a imaginé un système capable d’extraire l’oxygène de l’eau à l’image des branchies des poissons. Artificielles, ces branchies seraient imprimables en 3D et se présenteraient sous la forme d’une combinaison que l’on peut voir sur les images ci-dessous.

Jun Kamei / Amphibio

Intitulée Amphibio, cette combinaison se présente en trois modules à enfiler, reliés à un masque en coquille. Le système aspire l’eau et en retient l’oxygène, le conduit au masque et rejette le dioxyde de carbone.

Selon Jun Kamei, il n’y aurait donc aucun risque de noyage en le portant sous l’eau, puisqu’un capteur surveille le niveau d’oxygène à l’intérieur du dispositif : « La seule façon de renouveler l’oxygène est de puiser l’eau environnante avec la membrane des branchies » explique-t-il.

Jun Kamei / Amphibio

Pour le moment, le dispositif n’est encore qu’en phase de test et a montré quelques limites que Jun Kamei espère gommer dans un futur proche. En attendant, l’inventeur aimerait lancer des tests en aquarium avec des cobayes humains, histoire de voir ce qu’il reste à perfectionner.

Commentaires