Une gigantesque fresque murale a été réalisée au Caire sur plus de 50 bâtiments par un street-artist, sans que les autorités égyptiennes ne s'en aperçoivent !

Par
656
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

El Seed est un artiste franco-tunisien, connu pour ces « Calligraffitis », une association intelligente de calligraphie et de graff, qu’il réalise aux quatre coins du monde.

En 2016, il a voulu rendre hommage à l’un des quartiers les plus pauvres du Caire, Manshiyat Nasr, et à ces habitants surnommés « le peuple des poubelles ».
@El Seed
Parmi les constructions de briques, dans les ruelles exiguës de ce quartier de la capitale égyptienne, émerge une œuvre d’art de prime abord désordonnée et incohérente. Nommé « Perception », ce projet est une anamorphose qui s’étend sur plus d’une cinquante d’immeubles !

Dans les colonnes du Monde.fr, il a déclaré : « Dans mon nouveau projet, Perception, je questionne les jugements et les idées fausses que la société peut avoir, inconsciemment, sur une communauté, en se basant sur les différences. Dans le quartier de Manchiet Nasser, au Caire, la communauté copte de Zaraeeb collecte les ordures de la ville depuis des décennies et a mis au point le système de recyclage le plus efficace et le plus rentable au niveau mondial. Et pourtant, cet endroit est perçu comme sale, il est marginalisé et tenu à part. »

De couleurs vives, bleus, jaunes, oranges et blanches, les formes s’entrecroisent sur les façades et se rejoignent de toits en toits. Il faut prendre de la distance pour apprécier la forme dans sa globalité. Jonchée sur le versant de la colline voisine, l’œuvre d’art s’étend sur plusieurs centaines de mètres. Les fragments se rassemblent pour délivrer un message, où il est écrit en arable « Si quelqu’un veut voir la lumière du soleil (du jour), il doit d’abord se frotter les yeux ». 

Il lui aura fallu plus d’un an pour établir les plans de Perception et trois semaines de travail en équipe sur place pour créer cette fresque dans le plus grand secret. Le gouvernement égyptien n’était pas au courant des agissements de l’artiste, plutôt réfractaire aux travaux artistiques dans la rue. 
@El Seed
@El Seed
@El Seed
@El Seed
@El Seed
@David Degner / TheNewYorkTimes
@El Seed
@El Seed
@El Seed
@David Degner / TheNewYorkTimes
@El Seed
@El Seed
@El Seed
L’aventure aura permis de faire naître cette gigantesque œuvre d’art et de mettre en lumière la communauté de Zaraeeb.
Un mari et sa femme meurent le même jour, après avoir passé 71 ans ensemble !
Source : TechInsider
Commentaires