Harcèlement sexuel : une campagne d'affichage destinée à sensibiliser les usagers mise en place par la SNCF et la RATP

267partages

Dans certaines gares, nous avons récemment pu observer des messages sur des écrans affichant un numéro de téléphone, le 3117, à joindre en cas de harcèlement sexuel observé dans les transports. La RATP et la SNCF continuent sur cette lancée avec des affiches placardées depuis ce lundi 5 mars ayant pour but de sensibiliser les usagers.

Pour le moins imagées, les affiches mettent en scène des femmes différentes, un air craintif sur le visage, se tenant à une barre de métro, cernées par des prédateurs, à savoir un ours, des loups, et un requin dans leurs milieux naturels respectifs. L’idée de danger est immédiatement comprise à la vue de ces visuels. Ces affiches sont apposées de la phrase « Ne minimisons jamais le harcèlement sexuel. Victimes ou témoins, donnez l’alerte ! ». Sous cette dernière, cinq suggestions sont faites. L’une consiste à se tourner vers un agent RATP ou SNCF, les autres invitent à utiliser une borne d’appel d’urgence, appeler avec un téléphone, envoyer un message, ou passer par une application dédiée pour contacter un numéro spécial, le 3117.

Ce numéro a été mis en place en septembre 2015 après la tentative d’attentat dans le Thalys, récemment mise en images par Clint Eastwood au cinéma, pour prévenir de tout danger. Étendu à toute l’Île-de-France et au réseau RATP par la suite, il est désormais consacré également au harcèlement sexuel dont sont victimes chaque jour les femmes, notamment dans les transports.

Par SMS, ce n’est pas le 3117 qu’il faut contacter, mais le 31177. C’est d’ailleurs ce dernier numéro qui est le plus sollicité, les usagers privilégiant l’alerte par SMS, beaucoup plus discrète qu’un coup de fil qui pourrait les exposer au danger. Intelligente, cette campagne d’affichage permet de faire comprendre aux usagers ce que peuvent vivre les femmes au quotidien et ainsi pousser à alerter le numéro affiché en cas de situation de harcèlement sexuel dont ils seraient témoins.

Peut-être permettra-t-elle également une forme d’identification pour les harceleurs qui se retrouveront dans ces prédateurs illustrés, impliquant une remise en question de leur part. 45 agents se relaient 24 heures sur 24 et chaque jour de la semaine sur le 3117 pour prendre les plaintes et envoyer des équipes de sécurité sur les lieux des incidents. Une action des plus salutaires alors que 8 femmes sur 10 affirment se sentir en insécurité dans les transports en commun.


Reste que les amis des animaux critiqueront peut-être la campagne pour son anthropomorphisme qu’ils pourraient estimer dégradant pour les bêtes. 

Source : Huff Post
En vidéo : Luke Towan, un maquettiste qui crée des scènes miniatures ultra réalistes
Plus d'articles
Dernières news