Abandonnés dans un élevage par leurs propriétaires, sans rien à manger et à boire, plus de 100 chevaux ont été secourus par un collectif d'associations

Par
8 214
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Ce lundi 22 janvier, les forces de l'ordre accompagnées de plusieurs associations de protection animale ont effectué un sauvetage d'urgence, pour extraire une centaine de chevaux, assoiffés et affamés, d'un élevage où ils étaient laissés à l'abandon, négligés et maltraités. Les propriétaires ont été placés en garde à vue.

© Fondation 30 Millions d'Amis

Ils vivaient dans des conditions déplorables : affamés, assoiffés, blessés et pataugeant en permanence dans les excréments, 106 chevaux ont été secourus « d'urgence » ce lundi, en Vendée. Plusieurs cadavres d'animaux ont également été découverts sur place, dans un élevage réparti en plusieurs secteurs autour de la ville de Challans

Pour prendre en charge le nombre important d'animaux, un collectif exceptionnel de sept associations de protection animale a été mobilisé dans le but d'évacuer les équidés. Les propriétaires de l'élevage, un couple, ont quant à eux été placés en garde à vue, affirme Ouest France. Le quotidien régional rappelle aussi que les éleveurs avaient déjà fait l'objet de plusieurs procès-verbaux, les premiers remontant à 2012.

Les forces de l'ordre ont commencé à opérer hier matin, aux alentours de 9 heures. Elles étaient accompagnées par sept associations de protection animale, qui étaient mobilisées pour l'occasion : la Fondation 30millions d’amis, la SPA, SOS Cheval, Urgence Maltraitance Animale, la Fondation Brigitte Bardot, Les Crins de la liberté et la Ferme d’animaux sauvés de la mort.

« Plusieurs cadavres ont été retrouvés sur place, d’où l’extrême urgence de cette intervention », a expliqué la Fondation 30millions d’amis dans son communiqué.

© Fondation 30 Millions d'Amis

Les chevaux avaient été totalement laissés à l'abandon par les propriétaires. Enfermés dans des hangars, certains étaient déjà morts de faim et de soif au moment du sauvetage. Selon un responsable de la Fondation 30millions d’amis, les animaux qui jouissaient d'un accès à l'extérieur étaient en meilleure santé, car des personnes extérieures pouvaient venir leur apporter du foin.

« Les mauvais traitements infligés à ces animaux sont connus depuis des années… Encore une fois, je m’étonne que les autorités mettent si longtemps avant d’intervenir ! » se désole Reha Hutin, présidente de la Fondation 30Millionsd’Amis.

Comme l'indique la Fondation, les associations ne peuvent intervenir que sur demande des services de l’État, autorisant la prise en charge des animaux. « Aujourd’hui, l’essentiel est de retirer tous ses chevaux à cet éleveur pour l’empêcher de recommencer et tenter de les mettre hors de danger », fait savoir Reha Hutin.

Les animaux vont être transférés dans des pensions animalières, où ils seront réalimentés et soignés. En attendant que les propriétaires soient jugés, et que le tribunal rende son verdict quant à leur part de responsabilité dans cette affaire, le sort des équidés reste en suspens : « Pour l’instant, nous ne sommes que les gardiens des chevaux, qui peuvent être aussi placés en famille d’accueil, explique Arnauld Lhomme, chargé d’enquête pour 30 millions d’amis. Ce sera au tribunal de décider s’il y a confiscation définitive ou restitution. »

© Fondation 30 Millions d'Amis

VIDEO : « Ben il fait chaud, nan ? », quand un homme nu en scooter se justifie face à la police
Commentaires