Enfermée dans un bassin, cette orque en captivité se tape violemment la tête contre les parois de son bassin

2 354partages

Dans un parc aquatique de MarineLand, au Canada, une orque retenue en captivité a été filmée en train de se taper violemment la tête contre les parois de son bassin. Désespérée, elle est enfermée depuis 40 ans et est victime de stress et de solitude.

Crédit photo : @ryeguyisms

Au Canada, un parc aquatique de MarineLand retient en captivité Kiska, une orque âgée de 44 ans. Bien qu’elle soit née dans l’océan, au large des côtes islandaises, cette orque est enfermée dans le parc depuis 1979. Pendant 40 ans, Kiska a vécu enfermée dans un environnement artificiel.

« Depuis plus de 40 ans, elle souffre de la perte de sa liberté, de ses bébés et de tous ses compagnons. Au cours des 10 dernières années, elle a été complètement isolée socialement des autres orques de son espèce », a affirmé la fondation Orca Rescues.

En effet, Kiska a connu plusieurs compagnons orques et a donné naissance à cinq petits au cours de sa vie. Malheureusement, ils sont tous morts, et elle est la seule survivante depuis 2011. Selon le Whale Sanctuary Project, qui milite pour la protection des baleines et des dauphins, Kiska est « l’orque la plus en détresse au monde ».

L’orque se frappe la tête contre les murs

Victime de stress et de solitude, Kiska a été vue récemment en train de se taper violemment la tête contre les parois de son bassin. Ce comportement, qui prouve l’immense détresse de l’animal, a été filmé par Phil Demers, un militant qui dénonce la mise en captivité des animaux.

« C’est un comportement dangereux et autodestructeur. Kiska est en détresse. C’est ce que sa solitude et sa captivité lui ont fait. Cette cruauté doit finir », a affirmé le militant.

Crédit photo : Phil Demers

Selon Rob Lott, un second militant, le comportement violent de l’orque serait directement lié au stress. « Malheureusement, ce n’est pas unique et le comportement répétitif et auto-infligé de Kiska a été observé chez d’autres orques captives, où des années d’ennuis dans des réservoirs stériles avec peu ou pas de stimulation se manifestent de cette façon, a-t-il affirmé. Le stress chronique peut compromettre le système immunitaire et la physiologie des orgues captives, causant des maladies et parfois la mort. »

Pour rappel, le Canada a adopté un nouveau projet de loi en 2019, visant à interdire l'élevage en captivité des cétacés dans les parcs aquatiques, comme les dauphins et les baleines. Cependant, cette mesure ne concernera pas les mammifères déjà en captivité, comme c'est le cas pour Kiska. Aucun commentaire n’a été fait par MarineLand depuis la diffusion de ces images choc. 

Source : The Sun