« Demain nous appartient » : le feuilleton est de retour sur TF1

24partages

Après 3 mois d’absence, la série quotidienne recommence aujourd’hui à 19h10 et sera diffusée du lundi au vendredi sur TF1.

La pandémie de Covid-19 a suspendu toutes les possibilités de tournage du feuilleton « Demain nous appartient ». Ce lundi 15 juin, la série est de retour sur TF1, pour le plus grand bonheur des 4 millions de fidèles qui suivent le programme.

Publicité

Crédit photo : @dna_tf1

« Nous avons fait au mieux pour anticiper la crise en arrêtant les tournages le vendredi avant l’annonce du confinement. On se disait qu’on avait suffisamment d’épisodes en boîte pour ne pas être pris au collet au moment de la reprise. C’était la sécurité de l’équipe qui primait », affirme Vincent Meslet, le producteur de la série.

Un retour de la série très attendu

À Sète, les tournages ont repris progressivement à partir du 11 mai, mobilisant une équipe de plus de 200 personnes, qui ont toutes respecté les consignes sanitaires et la distanciation sociale. « Je suis très heureuse que nous sortions tous de cette période si anxiogène », a confié Ingrid Chauvin au Figaro.

Crédit photo : @DemainNousAppartient

Les vies des personnages vont reprendre là où les téléspectateurs s’étaient arrêtés. Chloé Delcourt va en savoir plus sur sa grossesse, et l’enquête policière sur le viol de l’infirmière Amanda Faro va s’intensifier. Par la suite, d’autres histoires vont faire leur apparition, notamment avec l’arrivée d’une nouvelle famille dans la ville.

« Demain nous appartient » ne parlera pas du Covid-19

Le producteur de la série télévisée a affirmé que la pandémie de coronavirus ne sera pas abordée pour le moment. « Notre souci premier est de rendre aux téléspectateurs le feuilleton qu’ils aiment avec ses personnages et ses intrigues policières, sociétales et sentimentales. Nous n’y ferons donc qu’allusion », a déclaré Vincent Meslet.

La série reprendra donc ce soir, avec un résumé exceptionnellement rallongé d’une trentaine de secondes.

Source : Le Figaro
Plus d'articles