Disney + : un nouvel avertissement sur les stéréotypes racistes va apparaître avant certains films

Sur la plateforme de streaming Disney +, un nouveau message d'avertissement sera diffusé avant certains films. Il prévient que des scènes racistes peuvent apparaître et demande que les téléspectateurs en « tirent des leçons ».

Il y a quelque temps, Disney a reconnu que certains de ses films contenaient des stéréotypes racistes qui étaient véhiculés à l'époque de leur production.

Publicité

Avant le lancement de ces films sur la plateforme Disney +, le groupe a décidé d'afficher un message d'avertissement, affirmant que les longs-métrages « peuvent contenir des représentations culturelles dépassées ».

De « Peter Pan » aux « Aristochats »

Dans « Peter Pan », les Amérindiens sont qualifiés de « peaux rouges » et les enfants perdus dansent autour d'un feu avec des coiffes, ce qui peut être considéré comme « une forme de moquerie et d'appropriation de la culture et de l'imagerie des peuples autochtones ».

Crédit : Walt Disney Pictures

Concernant « Les Aristochats », l'un des personnages joue du piano avec des baguettes de pain et parle anglais avec un fort accent français. Dans « La Belle et le Clochard », on retrouve un chat siamois qui s'exprime avec un accent chinois.

Un message de 10 secondes

Le message d'avertissement, plus long que les précédents, s'affiche désormais pendant 10 secondes avant le début du film.

« Ce programme comprend des représentations négatives et / ou des mauvais traitements envers des personnes ou des cultures. Ces stéréotypes étaient faux à l'époque et sont faux aujourd'hui. Plutôt que de supprimer ce contenu, nous voulons reconnaître son impact néfaste, en tirer des leçons et susciter la conversation pour créer ensemble un avenir plus inclusif », est-il écrit.

Crédit photo : Walt Disney Pictures

Un lien est également présent à la fin du message. Il renvoie vers une vidéo où plusieurs personnalités expliquent l'importance de ne pas transmettre ces stéréotypes culturels aux enfants.

Source : Unilad
Plus d'articles