Michael B. Jordan : 10 choses à savoir sur la star de Creed

Michael B. Jordan commence sa carrière très jeune. D’abord dans des publicités, puis de courts passages dans des séries télés. Si c’est la série The Wire qui le fera connaître auprès du grand public, c’est en 2012 que sa carrière cinéma sera enfin lancée avec le film de science-fiction Chronicle. Avant la reconnaissance un an plus tard dans Fruitvale Station.

Depuis, Michael B. Jordan poursuit une carrière prolifique entre blockbusters chez Marvel (Les Quatre Fantastiques, Black Panther), films d’action ou films dramatiques (La Voie de la justice). En avril 2021 sortait Sans aucun remords, l’adaptation d’un roman de Tom Clancy, dans lequel Michael B. Jordan tient le premier rôle. Un film d’action et grand public de plus pour l’acteur qui est attendu dans trois projets ambitieux pour le cinéma.

À voir aussi

Avant de découvrir de nouvelles palettes de son jeu, nous vous proposons de découvrir 10 choses à savoir sur Michael B. Jordan.

Sans aucun remords. Crédit : Amazon Studios

Michael B. Jordan est un gros fan d’animé et de comics

L’acteur de Black Panther est un grand fan de comics et d’animé. Michael B. Jordan a déclaré à plusieurs occasions être un grand passionné de ces deux arts, se qualifiant de « nerd enfermé », soit un passionné anonyme, qui ne s’assume pas. C’est d’ailleurs ce qu’avait répondu l’acteur lors d’une interview en 2014 avec PopSugar quand on lui avait demandé quels étaient ses plaisirs coupables.  

Comme Michael B. Jordan l’avait expliqué auparavant dans un entretien, il passe souvent le plus clair de son temps libre à collectionner les mangas et autres comics. Parmi ses préférés, Naruto et Bleach pour les mangas, puis Superman qu’il rêverait d’interpréter au cinéma, pour les comics. Pas étonnant alors que l’on ait vu Michael à l’affiche des Quatre Fantastiques et de Black Panther.

Michael B. Jordan ne se destinait pas à être acteur

C’est vrai qu’avec un tel patronyme, toute une pression le poussait à une carrière sportive. C’est finalement par hasard que Michael B. Jordan s’est retrouvé acteur. Quand il était enfant, alors qu’il quittait un cabinet médical en compagnie de sa mère, ces derniers ont rencontré un parent qui emmenait ses enfants à une séance de mannequinat. L’idée est tombée dans l’oreille de sa mère qu’il l’a initié. Après une première audition réussie, Michael a obtenu son premier rôle dans une pub. Puis une autre et une autre, prêtant son image pour Modell’s Sporting Goods, une entreprise d’équipements sportifs, mais aussi Toys ‘R’ US.

Grâce à ces quelques passages, Michael obtient à 12 ans un petit rôle dans Les Sopranos. Une expérience qui le poussera à réfléchir plus sérieusement à une carrière dans le cinéma. « Je suis un peu entré dedans, et ça s’est en quelque sorte intensifié. Ce n’est pas quelque chose que j’ai toujours voulu faire. Mais comme beaucoup d’enfants, je ne savais pas ce que je voulais faire. Et le mannequinat, le théâtre, ça m’a fait quitter l’école tôt, ça m’a donné la chance d’aller en ville, donc je baignais au milieu de tout ça », confiait-il à Inside Jersey.

Michael B. Jordan est de tous les films de Ryan Coogler

Jusqu’à maintenant, Michael B. Jordan a été de tous les films de son comparse, le réalisateur Ryan Coogler. Le duo s’est fait connaître en 2013 dans le film indépendant Fruitvale Station qui conte l’histoire vraie d’Oscar Grant, décédé à 22 ans après une altercation avec la police. S’en suivront Creed : L’Héritage de Rocky Balboa (2015) dans lequel il succède à Sylvester Stallone dans la franchise de boxe, puis le carton planétaire que fut Black Panther où son rôle de Killmonger s’est fait remarquer.

Michael B. Jordan a cependant collaboré avec un autre réalisateur, Steven Caple Jr pour la suite de Creed alors que Ryan Coogler était producteur. Le duo devrait se retrouver pour Black Panther : Wakanda Forever, le quatrième long-métrage du réalisateur, prévu pour 2022. On devrait normalement y retrouver Michael B. Jordan dans la peau de Killmonger. « Mike est un acteur expérimenté incroyablement talentueux. Il apporte une éthique de travail insensée et une cohérence vraiment formidable à avoir sur un plateau », disait de l’acteur Ryan Coogler en 2018 à MTV News. Il est certain que les deux compères collaboreront de nouveau ensemble.

Fruitvale Station. Crédit : The Weinstein Company

Michael B. Jordan, son nom n’est pas une référence au basketteur

Si son nom, Michael B. Jordan, se rapproche à une lettre près du grand Michael Jordan, ancienne star du basket, ce n’est pourtant pas un hommage ou une référence à ce dernier. Michael B. a en fait hérité du patronyme de son père, Michael A. Jordan. Et chez les Jordan, la tradition était de nommer le premier des garçons, Michael, suivit de la lettre B.

La lettre a plus tard été ajoutée par l’acteur au début de sa carrière pour ne pas qu’on le confonde avec le sportif. B est une référence à Bakari, son deuxième prénom qui signifie « de noble promesse » en Swahili.

Michael B. Jordan a pris des cours de claquettes

Il est parfois mieux pour un acteur d’étendre ses compétences pour les rôles qu’ils convoitent. Quelques lignes en plus sur le CV permettent parfois d’accéder à des rôles très convoités. Parler plusieurs langues, chanter, maîtriser les arts martiaux, l’art du combat, danser… Les acteurs d’Hollywood doivent désormais se diversifier pour maximiser leur potentiel et leurs chances d’apparaître dans un film. Et peut-être que certaines compétences acquises leur serviront. Comme celle de Michael B. Jordan avec les claquettes.

Il est vrai que si l’acteur souhaitait figurer dans La La Land à la place de Ryan Gosling, cette compétence lui aurait sans doute servi. Mais c’est à contrecœur que Michael a pris des cours de claquettes au début de sa carrière, comme il l’expliquait au Huffington Post US en 2013 : « Honnêtement, je le faisais juste pour sortir tôt de l’école et avoir de la nourriture gratuite. Je ne savais pas ce que je voulais faire à cet âge – je faisais tout, jouer au basket, jouer la comédie, faire des claquettes… », ajoutant que c’est sa mère qu’il l’y avait poussé. En plus de cela, Michael a aussi pratiqué le foot et le karaté. Un vrai touche-à-tout.

Michael B. Jordan était pressenti pour deux rôles chez Marvel

Nous avons vu que Michael B. Jordan est obsédé par les mangas et les comics books. Et sa passion pour le second, d’une manière ou d’une autre, lui a permis de jouer dans deux productions super-héroïques : Les Quatre Fantastiques (2014) qui fut un lourd échec commercial et Black Panther (2018) qui fut un succès. Avant d’entrer dans l’univers des super-héros, c’est pour deux autres rôles que Marvel pensait à lui. Le premier, celui d’Harry Osborn dans The Amazing Spider-Man 2 (2014) dont le rôle reviendra finalement à Dane DeHaan. Puis un second, désormais personnage incontournable du Marvel Cinematic Universe : Sam Wilson, alias le Faucon, dans Captain America : Le soldat de l’hiver, finalement interprété par Anthony Mackie.

C’est finalement en 2018 que Michael B. Jordan connaîtra le succès avec Marvel en interprétant le super-vilain Erik Killmonger dans Black Panther.

Les Quatre Fantastiques. Crédit : 20th Century Fox

Michael B. Jordan a failli refuser un rôle à cause des affaires policières

Les acteurs et actrices refusent souvent des rôles au long de leur carrière pour différentes raisons : problèmes d’emploi du temps, conflit avec un membre de l’équipe, ou simplement parce qu’ils n’aiment pas suffisamment le projet qu’on leur propose. D’autres fois, c’est parce que leur religion ou leur morale prennent le pas. C’est ce qui a failli arriver à Michael B Jordan lorsqu’on lui a proposé le rôle de Guy Montag dans le téléfilm Fahrenheit 451 (2018).

Dans le roman de Ray Bradbury, Montag, le personnage principal, est un pompier chargé de brûler les livres restants dans une société où ils sont devenus tabous. L’acteur a failli refuser « en raison de la relation entre ma communauté et la police ». Finalement, Michael changera d’avis, comme il l’expliquait : « Une fois que j’avais lu le livre, entendu ce que le réalisateur Ramin Bahrani envisageait, et compris ce qu’il voulait dire, alors je me suis dit : ‘J’ai compris, je veux en faire partie’ ».

Michael B. Jordan s’inspire de ses idoles

Michael B. Jordan a plusieurs idoles dans sa vie. Qu’ils proviennent du monde de la musique, de la mode ou du cinéma. On retrouve souvent Michael très bien vêtu, au style imparable, sur les tapis rouges ou à différentes occasions. Si l’acteur doit certainement avoir un bon styliste, il s’inspire aussi de Pharrell Williams et de Prince, deux artistes musicaux aux looks singuliers.

Côté cinéma, rien d’étonnant chez Michael, puisque, comme la plupart de ses consœurs et confrères, il est un grand admirateur de Meryl Streep herself. L’actrice triplement oscarisée est un modèle et une inspiration pour de nombreuses célébrités à Hollywood. L’acteur a toujours été impressionné par Meryl Streep dont il est devenu fan. De plus, elle est native du New Jersey, d’où est aussi originaire Michael B. Jordan. Du côté des messieurs, c’est avec le grand Leonardo DiCaprio que Michael aimerait collaborer. Un jour peut-être…

Michael B. Jordan s’est transformé pour un film

Creed : L'Héritage de Rocky Balboa. Crédit : Warner Bros.

Le tournage de Creed : L’Héritage de Rocky Balboa a mené la vie dure à Michael B. Jordan. Pour endosser le rôle du boxeur Adonis Creed, Michael a dû transformer son corps afin d’incarner au mieux cet athlète du ring. Afin d’être plus convaincant dans son rôle, Michael B. Jordan a tenu à effectuer ses cascades et combats lui-même. Il racontera en interview avoir été « régulièrement ensanglanté, couvert de bleus et étourdi » lorsqu’il tournait les scènes de combat de boxe.

De plus, pour parfaire son corps athlétique propre aux boxeurs, Michael B. Jordan a suivi un entraînement et un régime rigoureux. L’acteur s’entraînait deux à trois fois par jour, six jours par semaine. Puis, il ne mangeait que des légumes verts, du poisson, des fruits et de la viande bouillie pendant tout le processus.

Michael B. Jordan a marqué les fans de The Wire

Michael B. Jordan s’est fait remarquer du grand public à 15 ans dans la première saison de la série à succès The Wire / Sur écoute. Après une courte apparition dans le cultissime Les Sopranos trois ans plus tôt, c’est en 2002 que les téléspectateurs le découvrent dans le rôle de Wallace, un jeune dealer de drogues de 16 ans qui baigne dans la violence.

Malgré un passage rapide dans la série, Michael B. Jordan a raconté que son rôle avait marqué les fans de The Wire. « Wallace était le cœur de la série, racontait-il au site Vulture en 2018. De voir cette fin si méchamment avec ses deux amis… Cette scène […] est quelque chose dont les gens viennent toujours me parler et me disent comment ils pleuraient et à quel point cela les avait affectés. Des années plus tard. C’est juste un témoignage de l’écriture et des performances folles. C’était génial ».