Pour protéger les oiseaux, ces caméras intelligentes sont capables d'arrêter les éoliennes sur leur passage

Bouton whatsapp

Les énergies renouvelables sont désormais les moins chères de la planète. Conséquence, partout dans le monde, les pays abandonnent les combustibles fossiles destructeurs et limités au profit des éoliennes, de l'énergie solaire et d'autres options encore plus créatives. C’est le cas du Royaume-Uni, qui est désormais plus alimenté par les énergies renouvelables que par d'autres sources.

Crédit : Arturo Limon / Shutterstock

À voir aussi

Bien qu'il s'agisse de l'une des meilleures sources d'énergie renouvelable, les éoliennes font régulièrement l'objet de vives critiques de la part de leurs opposants qui prétendent qu'elles tuent les populations d'oiseaux indigènes. Cette critique est partiellement justifiée : des recherches ont montré que les collisions avec les pales des éoliennes tuent effectivement des oiseaux, mais à un rythme bien inférieur à celui des centrales électriques à combustible fossile.

Toutefois, pour tenter de minimiser l'impact écologique des éoliennes, un nouveau système de caméra intelligente mis au point par IdentiFlight détecte la présence d'oiseaux, détermine s'ils sont en danger et arrête les pales en rotation avant l'impact. Selon une étude publiée dans le Journal of Applied Ecology, le déploiement d'un système de réduction à proximité d'un site d'éoliennes a par exemple entraîné une diminution de 82 % du nombre de décès d'aigles, ce qui suggère que les systèmes de caméras pourraient avoir un effet radical sur la sauvegarde des espèces d'oiseaux protégées.

Basée dans le Wyoming, aux États-Unis, l'étude a été menée de manière indépendante et a porté sur 176 éoliennes réparties sur deux sites différents. Les scientifiques en charge de ce projet ont déployé 47 unités de réduction automatisée sur l'ensemble de l'un des sites jusqu'à ce que toute la zone soit couverte en août 2019. Au cours de la période d'étude, ils ont balayé à plusieurs reprises la zone à la recherche de carcasses d'aigles afin de les comparer les chiffres de contrôle à ceux précédant l’étude.

Les résultats ont démontré une augmentation des décès dans le site de contrôle par rapport aux niveaux précédents, mais une diminution significative dans les sites de caméras. Après l'ajout d'IdentiFlight, le nombre de décès d'aigles par an est passé d'environ 7,5 à environ 2,5, soit une diminution de 62 %. Le site de contrôle a connu une augmentation des décès au cours de la même période.

« Les collisions aviaires avec les pales des éoliennes sont une préoccupation de longue date dans l'industrie éolienne. La technologie de détection aviaire d'IdentiFlight a été développée pour résoudre ce problème et promouvoir la coexistence des oiseaux et de l'énergie éolienne. Nous avons maintenant des preuves concluantes qu'IdentiFlight peut être utilisé comme une solution d'atténuation et de minimisation pour les projets éoliens actuels et futurs » a déclaré Ben Quinn, vice-président senior d'IdentiFlight, dans un communiqué.

Crédit : Taylor Berge / Shutterstock

Un système très efficace pour protéger les oiseaux

Le système fonctionne à l'aide d'une tour de caméra placée de manière à couvrir plusieurs éoliennes dans son voisinage, qui peut repérer et suivre des espèces d'oiseaux protégées prédéfinies. Grâce à des capteurs optiques, les tours identifient les oiseaux qui arrivent et utilisent l'intelligence artificielle pour déterminer leur trajectoire et leur vitesse, en ajustant le mouvement des éoliennes en conséquence. IdentiFlight affirme que son système détecte les espèces protégées jusqu'à un kilomètre de distance.

L’entreprise espère maintenant que son système, ainsi que d'autres similaires, pourront être déployés à grande échelle pour sauver davantage d'espèces d’oiseaux protégées. Cependant, la pilule risque d'être difficile à avaler pour de nombreux constructeurs d’éoliennes car un système Identiflight entraîne des frais d'installation de 130 000 euros et des frais de maintenance de 7 000 euros par an.

Qu’en pensez-vous ?

Source : IFL Science
Bouton whatsapp