« Il avait transformé tout son quartier en zone blanche » : pour empêcher ses voisins de se connecter à son Wi-Fi, il utilisait un brouilleur

723partages

Un homme, qui utilisait un brouilleur de téléphonie mobile pour éviter que ses voisins se connectent à son Wi-Fi, a fini par transformer son quartier en zone blanche. Récit.

Il y a quelques semaines, une drôle d’affaire est venue perturber le quotidien des habitants de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) et de ses alentours.

Alors que plusieurs personnes avaient signalé des perturbations récurrentes sur les réseaux de télécommunications, les enquêteurs de l’Agence nationale des fréquences (ANFR) sont parvenus à identifier la source du problème.

Ils sont alors tombés des nues en découvrant que tout provenait d’un brouilleur de téléphonie mobile qu’un particulier avait installé chez lui pour… éviter que ses voisins se connectent à son Wi-Fi.

Cela peut prêter à sourire au premier abord mais pourtant, son geste aurait pu avoir de graves conséquences.

Crédit photo : Alex prokopenko / Shutterstock

Il utilise un brouilleur pour empêcher ses voisins de se connecter à son Wi-Fi, mais transforme son quartier en zone blanche

Tout a commencé l’été dernier lorsque « l’ANFR a été saisie, en l’espace de quelques jours, de trois demandes d’instruction de brouillage (…) par deux opérateurs mobiles différents », comme l’explique l’organisme sur son rapport d’enquête, publié le 17 novembre.

Après un début d’enquête complexe pour « localiser la source du brouillage » - une mission qui revenait à « chercher une aiguille dans une botte de foin », selon les mots de l’ANFR -, deux membres de l’agence ont finalement réussi à repérer le quartier puis l’immeuble abritant le brouilleur.

Une localisation rendue possible grâce à l’utilisation d’un radiogoniomètre (un appareil de radiorepérage), fixé sur le toit d’un « véhicule laboratoire ».

Avec l’appui de six policiers de la BRI, mandatés par le parquet de Paris, les enquêteurs ont alors pénétré le bâtiment puis identifié l’appartement, qu’ils ont perquisitionné.

À l’intérieur, l’équipe a découvert un « brouilleur multibande, installé dans un tiroir de meuble TV ».

Crédit photo : ANFR

Le propriétaire du logement, qui était absent au moment des faits, a expliqué bien plus tard qu’il avait utilisé l’objet pour « empêcher (ses) voisins de se connecter en Wi-Fi sur la box de son appartement ».

« Il avait potentiellement transformé tout son quartier en zone blanche, qu’il s’agisse de Wi-Fi, de GPS ou de mobile », précise l’ANFR.

Utilisé notamment par les criminels dans le but de neutraliser les systèmes d’alarme lors de cambriolages par exemple, il faut savoir que ce type d’émetteur radio peut brouiller, perturber ou bloquer les signaux ou services de radiocommunications.

Sa portée peut perturber le fonctionnement des avions jusqu’à 2 000 mètres d’altitude et son utilisation peut également mettre en péril certaines vies car il perturbe les appels d’urgences.

L’homme qui ne voulait pas partager son Wi-Fi encourt une peine pouvant aller jusqu’à six mois d'emprisonnement et 30 000 euros d’amende.