« Je suis amoureuse d'un lustre » : elle est objectophile et « personne » ne la comprend

12Kpartages
Bouton whatsapp

On vous raconte aujourd’hui l’histoire pour le moins atypique d’une Anglaise qui s’est éprise d’un… lustre.

« Au royaume de l’amour, tout est possible », affirmait le romancier américain Henry Miller. Il ne croyait pas si bien dire car on tient aujourd’hui la palme de l’amourette la plus improbable qui soit.

Une Anglaise, prénommée Amanda, vit une histoire d’amour avec un… lustre.

Vivant à Leeds dans le nord de l’Angleterre, cette femme est ce que l’on appelle une personne objectophile (ou objectum-sexuelle), c’est-à-dire qu’elle ressent une attirance pour les objets et non pas pour les personnes.

Une orientation pas banale qui s’est révélée alors qu’elle n’était encore qu’une adolescente.

Crédit photo : capture d'écran You Tube

Objectophile, elle est tombée amoureuse d'un... lustre qu'elle aime éperdument 

« Je suis d’abord tombée amoureuse d’une batterie quand j’avais 14 ans. Ensuite, des années plus tard, je suis tombée amoureuse du drapeau américain et de la statue de la Liberté », confie-t-elle ainsi dans une interview accordée au média britannique Truly.

Cette « relation » avec ce lustre, qu’elle a baptisé « Lumière », la remplit de joie, à tel point qu’elle affirme ne jamais avoir été si heureuse dans sa vie.

« Il est amusant et beau. Il a 100 ans. Il est symétrique (…) Je l’ai trouvé sur eBay, il était en Allemagne. Je suis tout de suite tombée amoureuse de son énergie et de ses ondes positives », raconte Amanda qui adore caresser les cristaux de son lustre adoré, charmée par les scintillements qu’il émet.

Bien évidemment, cette relation hors du commun est perçue plutôt bizarrement par son entourage et Amanda ne peut que constater le peu de tolérance des personnes qui l’entourent.

« C’est difficile car personne ne me comprend », déplore-t-elle ainsi.

Elle a notamment dû faire face aux quolibets et autres jugements émanant d’autrui mais elle reste persuadée que l’opinion de ses détracteurs peut changer si ces derniers prennent le temps d’écouter son histoire.

« Je fais cette interview pour ouvrir les yeux des gens, non seulement sur l’objectum-sexualité, mais aussi à tous ceux qui se sentent exclus ou différents, car ce qui compte, c’est votre santé et votre bonheur », explique-t-elle.

« D’une manière générale, je pense qu’il y a encore beaucoup d’incompréhension dans le monde. Mais les gens sont de plus en plus ouverts à la différence. Il y a plus d’acceptations qu’avant, mais il y a certainement encore du travail à faire », conclu Amanda, qui ne se dit pas fermée à l’idée de connaître un jour un amour humain, ce qui lui est déjà arrivé deux fois par le passé.

Crédit photo : capture d'écran You Tube

Crédit photo : capture d'écran You Tube

On lui souhaite tout le bonheur du monde avec Lumière !

L’histoire ne dit pas en revanche depuis combien de temps dure cet amour improbable. Des lustres peut-être…

Bouton whatsapp