Il laisse son fils de 4 ans en caleçon pendant 1h sur le balcon pour « dormir tranquillement »

Bouton whatsapp

Un père de famille vient d’être condamné pour avoir laissé son fils de 4 ans en caleçon pendant près d’une heure sur le balcon de son appartement.

Crédit : globalmoments / iStock

À voir aussi

La scène s’est déroulée à Laval le dimanche 9 octobre dernier, aux alentours de 18h. Le garçon a d’abord été signalé par un groupe d’enfants qui passait en bas de l’immeuble. Ils remarquent que les volets sont fermés et l’empêchent donc de retourner à l’intérieur du logement. Quelques instants plus tard, c’est une voisine qui décide de donner l’alerte et appelle les policiers. En toquant à la porte de l’appartement, ils tombent nez à nez avec un homme qui se réveille d’une sieste.

Au départ, quand le père de famille est interrogé sur la présence de son fils sur le balcon, il dit avoir fait cela pour « dormir tranquillement ». C’est en tout cas ce que rapportent nos confrères du quotidien Ouest France. Depuis, l’homme a changé de version et affirme dorénavant qu’il n’avait pas baissé les volets jusqu’en bas et que son fils s’était faufilé sur le balcon pendant son sommeil. Jugé en comparution immédiate le 12 octobre, le père a répété face au tribunal : « je ne l’ai pas puni. Mon fils, c’est tout pour moi, c’est ma seule famille ici. »

Malheureusement pour lui, le témoignage de la maman de l’enfant ne l’a clairement pas aidé. En effet, celle-ci a déclaré lors de l’audience : « le dimanche soir, je l’ai emmené en pédiatrie. Il était en boucle, il disait : ‘Papa crie, papa tape, papa punit, papa méchant’. » Pour la mère de famille, l’homme n’est absolument pas en capacité de s’occuper d’un enfant. Le dimanche 9 octobre, elle avait exceptionnellement accepté de lui confier leur fils car il réclamait son père.

Son casier judiciaire compte déjà pas moins de 5 condamnations pour harcèlement et menace de mort sur son ex-femme. Entre le 1er et le 2 juillet, il l’avait notamment appelé 94 fois, aussi bien le jour que la nuit. Et comme si cela ne suffisait pas, le père de 37 ans est également connu des autorités comme étant un consommateur régulier d’alcool, de stupéfiants et de médicaments, un cocktail qui peut avoir des conséquences dramatiques.

Crédit : Courrier de la Mayenne

Le père de famille condamné par le tribunal

Le procureur en charge du procès avait requis 10 mois de prison dont 3 mois avec un sursis probatoire de 2 ans à l’encontre du prévenu, une sentence accompagnée de l’obligation de se soigner et l’interdiction d’entrer en contact avec son fils et son ex-femme, laquelle a demandé que son autorité parentale soit retirée. Finalement, malgré l’avocat du père qui a souligné les regrets que le prévenu a exprimés à plusieurs reprises, le tribunal a exprimé le verdict suivant : 8 mois de prison dont 4 mois avec un sursis probatoire de 2 ans et l’obligation de soins et de travail, ainsi que l’interdiction de contact avec son ex-femme.

La justice a également confirmé que la partie ferme de la peine pourrait être effectuée à domicile en portant un bracelet électronique. Enfin, le tribunal de Laval a ordonné une indemnisation des parties civiles à hauteur de 1300€ et comme demandé par la maman, un retrait total de son exercice de l’autorité parentale.

Bouton whatsapp
Inscrivez-vous à la Newsletter de Demotivateur !
En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir notre newsletter