Le buraliste jouait sans payer et espérait gagner le jackpot pour rembourser la Française des jeux

1 078partages
Bouton whatsapp

Accro au jeu, un buraliste a joué sans payer pendant des mois, comptant sur un éventuel jackpot pour rembourser.

La tentation était trop forte !

Sous l’emprise de son addiction au jeu, un buraliste jouait sans rien payer, en espérant gagner un jour le gros lot pour rembourser la Française des jeux.

C’est dans son bureau de tabac situé à Cahors (Lot) que l’intéressé se livrait à cette fraude en bonne et due forme, en utilisant les jeux qu’il vendait la journée à sa clientèle.

Jugé le 24 mars dernier pour abus de confiance, l’homme a reconnu les faits admettant avoir été dépassé par les événements.

Crédit photo : NeydtStock / Shutterstock

Ce buraliste jouait sans payer en espérant gagner le jackpot pour rembourser ses dettes

« En voyant jouer les clients, je me suis mis à jouer moi aussi ; j’ai gagné une fois et je suis devenu accro (…) Je jouais en espérant gagner une fois ou l’autre, ce qui m’aurait permis de rembourser », a confessé l’individu devant le tribunal correctionnel de Cahors.

Persuadé qu’il finirait par gagner un gros gain un jour ou l’autre, l’homme a ainsi continué à jouer frénétiquement mais le jackpot tant espéré n’est jamais arrivé.

Pis encore, la facture n’a cessé de s’accroître et a fini par être salée puisque le préjudice s’élève à… 20 700 euros.

Pris la main dans le sac en 2018, le fautif, honteux, a immédiatement proposé de rembourser la somme en échelonnant les paiements, bien avant son procès. À l’heure actuelle, il ne devrait plus « que » 7 400 euros à la Française des jeux pour éponger sa dette.

« C’était devenu une drogue, je ne pouvais plus me supporter sans jouer ! Mais depuis mon interpellation, je n’exerce plus d’activité et je ne joue plus du tout », a-t-il précisé lors de son audience.

Il a finalement été condamné à une peine de trois mois de prison avec sursis, assorti d’une obligation de rembourser les 7 400 euros (auxquels s’ajoutent 600 euros de frais d’avocat) qu’il doit encore à la FDJ.

Le jeu n’en valait certainement pas la chandelle !

Source : Actu lot
Bouton whatsapp