À 45 ans, elle retourne vivre chez ses parents et explique pourquoi c'est la meilleure décision de sa vie

Bouton whatsapp

Retourner vivre chez ses parents quand on est adulte peut sembler impossible pour un grand nombre d'entre nous. Pourtant, de plus en plus de personnes franchissent le pas et vous allez voir qu'il y a de nombreux avantages à cela.

Crédit : Laurel Collins

À voir aussi

Elle retourne vivre chez ses parents à 45 ans

C'est le cas Laurel Collins, une Américaine de plus de 45 ans, qui avant de déménager chez ses parents vivait dans sa propre maison dans un autre État. Mais lorsque sa relation amoureuse qui durait depuis 19 ans a pris fin, elle s'est soudainement sentie très seule et étant donné qu’elle était venue habiter sur place pour vivre avec son compagnoni, elle avait désormais l'impression d'être au mauvais endroit. Souvent, le deuil d’une relation a aussi pour effet de clarifier ce qui est réellement important. Ainsi, avec des neveux qui grandissaient rapidement et des parents qui ne rajeunissaient pas, elle a pris la décision de vendre la maison où elle habitait depuis six ans et demi pour retourner vivre avec papa et maman.

Au départ, cette situation devait être de courte durée, le temps de décrocher un emploi et de trouver un endroit où vivre. Mais elle a fini par enseigner à temps partiel et la solution à court terme est devenue une option à long terme. Sa petite sœur, de deux ans et demi plus jeune, a également fait le même chemin. Elle souhaitait également se rapprocher de ses parents et avait prévu de reprendre un appartement un jour, mais la pandémie est arrivée et elle est restée elle aussi. À l'heure actuelle, la mère, le père et les deux sœurs, bref toute la famille, accompagnée de quatre chiens et un chat, vit donc sous le même toit.

Leurs parents ont beau être des gens gentils, généreux et drôles, vivre à nouveau avec eux à la quarantaine a été un exercice de patience et d'humour. Eh oui, nous avons tous nos habitudes et nos préférences qu'il n'est pas toujours évident de changer. Par exemple, le père peut écouter un livre audio avec ses écouteurs et une émission de télévision à un volume assourdissant en même temps, jusqu'à ce que quelqu'un lui dise que les vitres tremblent et lui demande s’il est possible de baisser le son. De l’autre côté, la maman aime dîner très tôt, parfois même avant que la plupart des gens ne finissent le travail. Heureusement, pour garder un équilibre, ils s’aident, s’inspirent et se félicitent mutuellement au quotidien.

On entend souvent dire que seules les personnes qui n'ont pas réussi retournent chez leurs parents. Ce phénomène a même un nom: les enfants boomerang. Ces enfants que l'on croit incapables de subvenir à leurs besoins et qui finissent par rentrer chez eux en mangeant des chips et en jouant à des jeux vidéo sur le canapé. En réalité, la vérité est bien plus complexe. Selon une nouvelle étude du Pew Research Center, 31 % des jeunes adultes âgés de 25 à 29 ans vivent dans des foyers multigénérationnels. Chez les personnes âgées de 40 ans et plus, les femmes sont plus susceptibles de le faire. Une étude de Generations United montre que la proportion d'Américains vivant dans un foyer multigénérationnel a presque quadruplé au cours des dix dernières années, passant de 7 % à 26 %. Et, parmi ceux qui vivent dans ce type de ménage, environ 7 sur 10 prévoient de le faire à long terme.

Crédit : Laurel Collins

Retourner chez ses parents : de nombreux avantages

La tendance récente à vivre dans des foyers multigénérationnels s’explique généralement par le besoin de « compenser une situation difficile » plutôt que par choix. Cela peut être pour des raisons médicales, la perte d'un emploi ou d'autres changements de vie. La mise en commun des ressources, qu’elles soient financières, sociales et émotionnelles, présente de réels bénéfices. En effet, le fait d'avoir plusieurs personnes à la maison permet à chacune de faire ce qu'elle peut pour soutenir l'ensemble et facilite grandement la gestion des animaux, l’entretien du logement, les déplacements pour les rendez-vous, la garde des enfants, et bien d'autres domaines encore.

Attention, tout n’est pas rose pour autant, il y a définitivement des choses que l’on met en suspens pendant cette période de retour chez les parents. Par exemple, on n'invite pas les gens à dîner aussi souvent qu'avant parce que cela concerne désormais toutes les personnes de la maison. Idem pour les rendez-vous romantiques, qui sont forcément plus compliqués en raison du manque d’intimité. « Par exemple, ma sœur avait l'habitude d'aller à des rendez-vous au café avec des amis tard dans la nuit. Nous avons tous compris qu'elle sortait avec quelqu'un et nous n'avons pas posé trop de questions. On se donne de l'espace. J'aime l'idée de prendre le temps d'apprendre à mieux connaître les partenaires potentiels avant de les présenter à toute la famille » a confié Laurel Collins.

En faisant le test autourt de vous, vous remarqurez que la plupart des jeunes adultes sont choqués de découvrir qu'un retour chez les parents est possible, en revanche les adultes plus âgés trouvent généralement cela charmant. Quoi qu'il en soit, tous sont curieux de savoir comment cela peut fonctionner. Et pourtant, 57% des personnes qui vivent dans des foyers multigénérationnels déclarent que leur situation est positive ou plutôt positive. Il faut dire qu’entre le temps que cela laisse pour créer des souvenirs avec les gens que l’on aime et la possibilité de vivre sans la pression de payer un logement avec son seul salaire, ce mode de vie présente de nombreux avantages.

Qu’en pensez-vous ?

Source : Huffington Post
Bouton whatsapp
Inscrivez-vous à la Newsletter de Demotivateur !
En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir notre newsletter