Grutière, Büşra, 28 ans, est l'une des rares femmes à exercer ce métier et elle est très bien payée

Bouton whatsapp

Portrait d'une jeune femme qui brise les stéréotypes en exerçant un métier dominé par les hommes.

Pas facile d'être une femme lorsqu'on évolue dans un milieu à dominante masculine.

Une certaine Büşra en sait quelque chose.

Âgée de 28 ans, cette jeune mère de famille, originaire de l'Est de la France, travaille en effet dans le bâtiment et exerce le métier de... grutière. Un cas rarissime.

Crédit photo : DR

Âgée de 28 ans, elle est... grutière, un métier rarissime pour une femme

Ancienne employée d'une chocolaterie, Büşra n'était pas du tout destinée à atterrir dans ce milieu. Mais en 2021, alors qu'elle traverse une mauvaise passade marquée par la dépression, elle fait le choix de quitter son emploi pour tenter une improbable reconversion professionnelle. 

« C’était à une période difficile de ma vie. Je cherchais quelque chose qui me permette de me concentrer sur mon travail et d’oublier mes tracas du quotidien. En tant que maman solo, je voulais aussi un métier qui paie bien (...) Je connaissais des gens dans le bâtiment, et notamment des grutiers qui travaillaient en Suisse et qui gagnaient très bien leur vie. J’ai donc passé des formations pour le devenir à mon tour », expliquait-elle en mai dernier, dans les colonnes d'Actu.fr.

« Moi, je suis une lionne, j’ai vu beaucoup de choses dans ma vie, donc ça ne me faisait pas peur (...) Aussi, je suis française d’origine turque, or beaucoup de Turcs travaillent dans le bâtiment, donc je me suis sentie chez moi, car je travaille avec des gens de chez moi », précisait-elle encore.

@demotivateur_fr Cette femme exerce un métier… original ! #btp #chantier #grutiere #femme son original - Demotivateur

Depuis qu'elle a commencé ce nouveau métier, Büşra s'épanouit comme jamais. Ce qui lui plaît le plus, c'est l'indépendance que sa profession lui confère. Être seule dans sa bulle, sans personne pour la commander, tout en se sentant utile, la rend à la fois fière et heureuse.

« C'est un métier qui demande beaucoup de concentration, où le temps passe vite. Dans ma cabine, personne ne m'embête. Je suis responsable de ce que je fais et personne ne me dit quoi faire », affirme Büşra, qui a pris l'habitude de raconter son quotidien de grutière sur TikTok, où plus de 620 000 personnes suivent ses aventures.

Aujourd'hui, son métier, qui lui rapporte 3 500 euros net mensuels, est devenu une véritable passion et Büşra ne se voit pas faire autre chose.

Bien sûr, elle a dû affronter quelques remarques sexistes à ses débuts, mais la jeune femme a du caractère et ne s'est jamais laissée faire. Avec le temps, elle a su gagner le respect de ses collèges masculins qui apprécient son franc-parler, mais aussi, et c'est bien là le principal, ses compétences.

Son savoir-faire a déjà permis l'érection de plusieurs bâtiments neufs, qu'elle regarde toujours avec fierté, en se disant qu'elle a contribué à sa manière à leur construction.

Une femme forte et courageuse.


commentairesVOIR TOUS LES COMMENTAIRES

author-avatar

Au sujet de l'auteur : Mathieu D'Hondt

Évoluant dans la presse web depuis l’époque où celle-ci n’en était encore qu’à ses balbutiements, Mathieu est un journaliste autodidacte et l’un de nos principaux rédacteurs. Naviguant entre les news généralistes et les contenus plus décalés, sa plume s’efforce d’innover dans la forme sans jamais sacrifier le fond. Au-delà de l’actualité, son travail s’intéresse autant à l’histoire qu’aux questions environnementales et témoigne d’une certaine sensibilité à la cause animale.