« C'est ce qui me fait vivre » : à 96 ans, elle travaille toujours comme antiquaire et vend ses objets dans le monde entier

Bouton whatsapp

À Nantes, Monique est une femme âgée de 96 ans qui est antiquaire et ne pense pas une seule seconde à la retraite. Passionnée par son travail, elle tient sa boutique depuis plus de cinquante ans.

Alors que l’âge du départ à la retraite est au cœur des débats, certaines personnes refusent d’en entendre parler. C’est le cas de Monique Guillemot. Âgée de 96 ans, cette femme ne veut pas arrêter de travailler.

Depuis plus de cinquante ans, elle tient une boutique d’antiquités à Nantes et est passionnée par son métier.

Crédit photo : iStock

Il faut dire que Monique a de la poigne et possède une santé de fer. Pour garder la forme, elle continue de travailler, marche une heure par jour pour se rendre à sa boutique et fait du yoga.

Elle continue de travailler à 96 ans

Monique travaille tous les jours de la semaine. L’antiquaire vend des tableaux et des meubles en porcelaine du 17ème au 20ème siècle. Elle possède le plus vieux magasin d’antiquités de Nantes. La nonagénaire a cette passion pour les vieux objets depuis qu’elle est toute petite car quand elle était enfant, son père passionné d’art l’emmenait souvent dans les musées.

« À dix ans, lors d’une exposition à Lille, j’ai été fascinée par un tableau de Goya, se souvient Monique. Je n’étais pas très bonne élève. Je connaissais à peine mes tables de multiplication, mais j’étais capable de vous conter l’histoire des peintres. »

Crédit photo : iStock

Il y a cinquante ans, les clients se bousculaient dans son magasin mais aujourd’hui, ils se font plus rares.

« J’en ai vu se bagarrer dans mon magasin, raconte Monique. Deux messieurs qui voulaient la même table. Je ne savais que faire. Alors je leur ai demandé qui était entré en premier et je lui ai vendu. » 

Elle vend des antiquités dans le monde entier

Pour cette raison, en plus de tenir sa boutique à Nantes, Monique vend une grande partie de ses antiquités à l’étranger. Grâce au numérique, elle déploie son commerce dans le monde entier.

« Les Qataris viennent de m’acheter deux vases, affirme-t-elle. Les Japonais achètent pas mal, tout comme les Suédois, les Norvégiens et quelques Américains. Un client japonais m’a acheté deux vases hanches récemment et m’a envoyé une photo des objets une fois installés dans son salon. Je suis en très bonne relation avec lui, c’est formidable ! »

Crédit photo : iStock

À 96 ans, Monique n’a aucune intention de s’arrêter de travailler et ne songe pas une seule seconde à la retraite : « Je m’ennuierais à mourir ! Travailler me vivifie. C’est ce qui me fait vivre ! »

Source : France 3
Bouton whatsapp