Une étude avance qu'avoir un fils ferait vieillir plus vite qu'avoir une fille

On le sait ou tout du moins, on s'en doute : avoir un enfant n'est pas toujours une partie de plaisir et surtout, ce n'est clairement pas de tout repos. Une étude américaine très sérieuse vient justement de se pencher sur la question et selon elle, avoir un fils ferait vieillir plus vite qu'avoir une fille.

Peut-être que durant votre enfance ou votre adolescence, vous avez été plus ou moins turbulents ; peut-être aussi que vous êtes vous-mêmes parent et que votre enfant vous en fait voir de toutes les couleurs, ou vous épuise tout simplement. Avoir un enfant, c'est un métier à part entière qui peut lessiver et bien évidemment, tous les cas sont différents.

Plus de 13 000 parents sondés pour l'étude

Toutefois, une étude officielle de la National Library of Medicine, qui appartient au gouvernement américain, s'est penchée un peu plus sérieusement sur la question : est-ce qu'avoir un fils ou une fille impacte différemment sur le vieillissement des parents ? À en croire les résultats, il semblerait que oui : élever un garçon serait, en moyenne, plus épuisant et diminueraient les capacités cognitives du père comme de la mère.

Crédit photo : iStock

Pour mener cette étude, les scientifiques se sont concentrés sur des volontaires qui étaient parents (forcément) et qui avaient au moins un enfant : 82,3% des participants avaient au moins un fils et 61,6% étaient des femmes. Au total, ce sont 13 000 adultes qui ont été sondés, âgés de 50 ans ou plus.

Les garçons plus épuisants que les filles ?

Et si l'on devait retenir une chose de cette étude, c'est qu'avoir des fils serait effectivement plus nocif, sur l'aspect cognifit des parents, qu'avoir des filles. Sur la durée. Les scientifiques ne comprennent pas exactement eux-mêmes le pourquoi du comment, mais déclarent qu'il n'y aurait pas d'explications biologiques : ce serait davantage la façon d'interagir avec les garçons qui rabaisseraient les compétences cognitives. Un facteur plutôt social, donc.

Crédit photo : iStock

Concrètement, les parents qui ont un fils voient leurs capacités cognitives diminuer plus rapidement que ceux qui n'ont pas de fils (au sein de l'étude, précisons-le). De plus, ceux qui ont plusieurs fils connaissent un déclin encore plus rapide par rapports à ceux qui n'avaient que des filles.

Évidemment, tâchons de rappeler qu'il ne faut surtout pas en faire une généralité, d'autant plus que l'étude se concentre uniquement sur des parents américains, qui répondent donc à des codes sociaux précis que l'on ne retrouve pas partout dans le monde. Y croyez-vous, de votre côté ?

VOIR TOUS LES COMMENTAIRES

author-avatar

Au sujet de l'auteur : Max C.

Journaliste