Un historien dévoile la pire année que l'humanité ait connue

Bouton whatsapp

Selon une récente étude menée par un historien américain, la pire année de notre ère serait loin, bien loin derrière nous puisqu’il s’agit de l’an 536. De quoi relativiser quelque peu sur les événements dramatiques de notre temps ?

Crédit : Neil Johnson/ iStock

À voir aussi

D’après une étude passionnante réalisée par l’historien et archéologue américain Michael McCormick, il existe bel et bien une année des plus difficiles dans l’Histoire de l'humanité. Le professeur de l'Université de Harvard, aux États-Unis, va même plus loin en définissant l’année 536 comme « la pire année pour être en vie ».

L’historien Michael McCormick avance cette théorie grâce à ses travaux. Ces derniers font état d’une éruption volcanique en Islande cette année-là. C’est cet événement naturel qui aurait ainsi entraîné des conséquences dramatiques à travers une grande partie du monde.

En menant une équipe chargée de faire des analyses d’un glacier suisse, Michael McCormick et le glaciologue Paul Mayewski du Climate Change Institute de l'Université du Maine, ont trouvé un point de départ et le coupable idéal à cette pire période de l’humanité.

Cette éruption volcanique cataclysmique avait plongé une partie du globe dans la pénombre, au sens littéral. Des cendres ont été crachées en Europe mais aussi en Asie et au Moyen-Orient.

Baisse des températures, famines et chute de l’Empire romain

Crédit : Max Zolotukhin/ iStock

La forte éruption du volcan islandais a entraîné un épais brouillard, recouvrant le ciel et le soleil de sa couleur terne. Comme l’explique l’historien, est ensuite survenue une période d’obscurité qui aurait duré 18 mois sur les trois continents touchés par le nuage de cendres. Des recherches que tendent à confirmer les récits de l’époque comme ceux de l'historien byzantin Procope de Césarée, que cite l’étude : « Car le soleil a donné sa lumière sans éclat, comme la lune, pendant toute l'année ».

Ou encore les écrits de l’homme politique et écrivain romain Cassiodore qui décrivait notamment une couleur « bleutée » dans le ciel. « Nous nous émerveillons de ne voir aucune ombre de nos corps à midi ».

Cette période sombre a alors logiquement entraîné une chute des températures de 1,5 à 2,5°C en été, précise l’étude. Se faisant, l’étude ajoute que les cultures agricoles ont ainsi été détruites par ce changement de climat rapide, causant des famines sur plusieurs continents et devenant ainsi la décennie la plus froide des 2 300 dernières années.

The Irish Chronicles enregistrait ainsi « un manque de pain durant les années 536-539 ». Tandis que la neige tombait en Chine. En 541, la peste bubonique s’abattait en Égypte, au port de Péluse, éradiquant près de la moitié de la population de l’Empire romain oriental et précipitant sa chute, selon Michael McCormick.

Si le cour de la vie a bien continué malgré les nombreuses difficultés de cette période, deux autres violentes éruptions volcaniques sont survenues en 540 et en 547 mettant de nouveau à rude épreuve une grande partie de l’humanité.

Bouton whatsapp