Des scientifiques parviennent à reconstituer le plus ancien arbre généalogique du monde

Bouton whatsapp

Une tombe vieille de 5 700 ans a été découverte dans la province britannique de Gloucestershire, dans le sud-ouest de l'Angleterre. Elle contenait cinq générations d'une même famille, enterrées au cours d'un siècle. Cette trouvaille offre un aperçu sans précédent des réseaux de parenté en Grande-Bretagne peu de temps après l'introduction de l'agriculture.

Crédit : Reich AL/Nature

À voir aussi

Cette tombe, dans laquelle même l'emplacement des corps en dit long sur la structure de la société de l'époque, connue sous le nom de «Hazleton Long Barrow», contient les os et les dents de nombreux individus, dont 35 sont suffisamment bien conservés pour que les scientifiques puissent séquencer leur ADN. Les résultats, publiés dans la revue Nature, révèlent que 27 d'entre eux étaient étroitement liés. La plupart descendaient d'un seul patriarche qui avait des enfants avec au moins quatre femmes.

« L’excellente conservation de l'ADN dans la tombe et l'utilisation des dernières technologies de récupération et d'analyse de l'ADN ancien nous ont permis de reconstituer le plus vieil arbre généalogique de l’histoire et ainsi mieux comprendre la structure sociale de ces groupes » a déclaré dans un communiqué Iñigo Olalde, généticien principal de l'Université du Pays basque et d'Ikerbasque.

La Hazleton Long Barrow est composée d’une longue colonne vertébrale avec des chambres en forme de L au nord et au sud, chacune d'entre elles contenant de nombreux corps. « Une découverte extraordinaire est qu'à l'origine, chacune des deux moitiés de la tombe était utilisée pour placer les restes des corps de l'une des deux branches de la même famille. Ceci est d'une importance plus large car cela suggère que la disposition architecturale d'autres tombes néolithiques pourrait nous renseigner sur la façon dont la parenté fonctionnait dans ces tombes » a expliqué le premier auteur de l’étude, le docteur Chris Fowler de l'Université de Newcastle.

Crédit : Newcastle University

Outre le père fondateur de la famille, la gigantesque tombe contient également trois des quatre femmes avec lesquelles il a eu des enfants, six de ces enfants, sept petits-enfants, trois arrière-petits-enfants et un arrière-arrière-petit-enfant. Mais ce n’est pas tout ! Le tombeau abrite aussi le corps d’une femme d’un membre de la famille, ainsi que trois « beaux-fils », c’est-à-dire des hommes dont les mères sont enterrées dans la tombe, mais qui ne descendent pas de la famille.

Le père a été enterré sur le côté nord de Hazleton Long Barrow, avec deux de ses partenaires. Il n'est pas certain qu'une personne enterrée du côté nord soit le signe d'un statut privilégié, mais la plupart des fils étaient enterrés du même côté que leur mère et les générations suivantes faisaient généralement de même. Ceci étant dit, les scientifiques ont tout de même constaté qu’il y avait des exceptions. En effet, deux filles de la famille qui ont vécu quelques années seulement sont également enterrées du côté de leur famille. Cependant, les femmes adultes descendant de cette lignée ne s'y trouvent pas, ce que les auteurs interprètent comme signifiant qu'elles ont déménagé.

Crédit : Reich AL/Nature

Une découverte scientifique sans précédent

Bien qu'un millier d'échantillons d'ADN anciens provenant de frères et sœurs ou de cousins aient été séquencés, l'article publié dans la revue Nature explique qu’ « il n'y a pratiquement pas eu de familles multigénérationnelles où les relations exactes de tous les individus ont été caractérisées de manière unique. » Cette découverte se distingue de toutes les précédentes, mais peut-être pas pour longtemps car selon les spécialistes, plusieurs autres tombes du même genre pourraient se trouver dans la région.

« Les études anthropologiques ont clairement montré que la parenté, c’est-à-dire les relations de lien et d'appartenance familiale qui jouent un rôle central dans l'organisation des sociétés, varie de façon marquée selon les cultures » peut-on lire dans l’étude. Pendant longtemps, de nombreux membres de la communauté scientifique ne pensaient pas percer un tel mystère. « Il était difficile d'imaginer, il y a seulement quelques années, que nous pourrions un jour connaître les structures de parenté du Néolithique » a déclaré le docteur Ron Pinhasi de l'Université de Vienne, mais de grandes tombes comme celle-ci pourraient changer les choses.

Impressionnant, n'est-ce pas ?

Source : IFL Science
Bouton whatsapp