L'homme avait un os dans le pénis il y a 95 millions d'années, il a disparu pour une raison étonnante

Bouton whatsapp

Vous l’ignorez peut-être, mais les hommes possédaient un os dans le pénis il y a 95 millions d’années. Par chance, des scientifiques ont découvert pourquoi ce tissu osseux a disparu.

Le baculum est un os présent dans le pénis de certains mammifères, insectivores, rongeurs ou encore carnivores. Ce tissu osseux - qui facilite le rapport sexuel - est également présent chez les primates (gorille, chimpanzé), excepté l’homme.

À voir aussi

Crédit Photo : image d'illustration / Istock

Toutefois, nos ancêtres possédaient bel et bien un os dans le pénis il y a 95 millions d’années. Par conséquent, pourquoi le baculum a-t-il disparu ? Une étude parue en 2016 dans la revue «Proceedings of the Royal Society B» avance une hypothèse.

La monogamie a fait disparaître l’os pénien

Le saviez-vous ? L’ancêtre commun des primates et des carnivores était pourvu d’un os pénien. Selon les scientifiques, ce dernier a disparu au cours de l’évolution à cause de l’émergence de la monogamie.

Crédit Photo : image d'illustration / Istock

À l’époque des Homo erectus, l’homme a fait le choix de se reproduire de cette façon, provoquant ainsi une réduction de l’acte sexuel et la disparition du baculum. Contre toute attente, le bonobo possède toujours un os pénien alors que son accouplement ne dure que 15 secondes. La raison ? La compétition sexuelle, pardi !

Crédit Photo : image d'illustration / Istock

«Chez les primates, les espèces monogames ont tendance à avoir des baculums beaucoup plus petits que les espèces où les mâles sont en compétition pour l’accouplement. Il ne serait donc pas fou de penser que le passage à la monogamie chez nos ancêtres a fait disparaître complètement le baculum humain», expliquent nos confrères du National Geographic.

Pour rappel, la durée moyenne d’un rapport sexuel chez l’homme dure en moyenne entre une à deux minutes.

Bouton whatsapp
Inscrivez-vous à la Newsletter de Demotivateur !
En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir notre newsletter