Turquie : des peintures rupestres vieilles de 2000 ans découvertes sous une maison

697partages
Bouton whatsapp

Des archéologues ont découvert un art rupestre rare dans un complexe souterrain de l'âge du fer, situé sous une maison à Başbük, en Turquie. La découverte, rapportée mercredi dans la revue Antiquity, dépeint une procession divine avec huit divinités sur un panneau de mur de roche de 4 mètres, utilisant un mélange d'influences culturelles du vaste empire assyrien et des divinités locales syro-anatoliennes.

Crédit : M. Önal

À voir aussi

La découverte est le premier exemple connu d'un relief rocheux de la période néo-assyrienne avec des inscriptions araméennes. Il contient la première représentation connue d'Atargatis, la principale déesse de Syrie. Le site a fait l'objet de fouilles de sauvetage par des archéologues qui ont daté l'art rupestre à l'apogée de l'empire néo-assyrien, au premier millénaire avant JC. Originaire de Mésopotamie, l'empire s'est étendu en Anatolie entre 900 et 600 av.

La chambre d'entrée, qui est creusée dans le socle calcaire sous le rez-de-chaussée de la maison, mène à une galerie supérieure par un long escalier descendant. Après le retrait de l’importante couche de sédiments, le mur sur lequel se trouvaient les dessins a finalement pu être révélé au grand jour. Selon les chercheurs Celal Uludağ, Yusuf Koyuncu, Mehmet Önal et Selim Ferruh Adalı, le style d'art assyrien est devenu courant à mesure que l'Empire s'étendait. « Lorsque l'Empire assyrien a exercé son pouvoir politique dans le sud-est de l'Anatolie, les gouverneurs du régime aimaient exprimer leur prospérité à travers l’art » a déclaré Ferruh Adalı dans un communiqué.

Crédit : C. Uludağ

Crédit : M. Önal

Cependant, bien qu'elles soient de style assyrien, les inscriptions identifient clairement les figures comme des divinités locales. Cela semble indiquer une période d'intégration plutôt que de conquête, les inscriptions étant rédigées dans la langue locale, l'araméen, et les œuvres d'art présentant des thèmes religieux d'Anatolie et de Syrie. Le panneau rocheux représente des membres du panthéon araméen, dont les contours sont peints en noir. Les personnages sont tous représentés de profil droit et mesurent environ 60 centimètres de hauteur, à l'exception de la divinité en tête de la procession, le dieu de la tempête Hadad, dont la tête mesure plus d'un mètre et demi.

Les chercheurs ont pu déterminer l'inclusion de quatre des divinités locales : le dieu de la tempête Hadad, la déesse Atargatis, le dieu de la lune Sîn et le dieu du soleil Šamaš. Ici, Hadad est représenté avec son trident et son étoile. Il est associé à la déesse Atargatis, qui porte une couronne à deux cornes surmontée d'une étoile pointue. Sîn est couronné d'un croissant et d'une pleine lune, et est suivi de Šamaš, avec sa couronne ailée en forme de disque solaire. « L’inclusion de thèmes religieux syro-anatoliens illustre une adaptation d'éléments néo-assyriens d'une manière que l'on n'attendait pas. Ils reflètent une phase antérieure de la présence assyrienne dans la région, lorsque les éléments locaux étaient davantage mis en valeur » explique Ferruh Adalı.

Crédit : Google Maps

Crédit : Y. Koyuncu

Un site archéologique qui réserve encore de nombreux mystères

Les efforts d'intégration n'ont peut-être pas été entièrement couronnés de succès, car les œuvres d'art et le complexe souterrain sont restés inachevés. Le fait que le site ait été abandonné avant d'avoir pu être terminé semble suggérer que quelque chose a impacté les activités des constructeurs, comme une révolte, des troubles régionaux, un changement de pouvoir ou simplement un calendrier de travail perturbé. Puisqu'il restait de la place pour compléter les corps des personnages, les chercheurs pensent que ces inscriptions ont pu être des ébauches qui auraient été plus tard des panneaux en relief entièrement sculptés et peints.

« Comme il s'agissait d'une fouille de sauvetage, nous n'avons pas pu étudier complètement le site » ont expliqué les chercheurs. Les futures excavations des galeries inférieures pourraient en révéler davantage sur le complexe souterrain, dont la taille totale est estimée à 30 mètres. Pendant que les autorités de Turquie travaillent à stabiliser les tunnels, les efforts archéologiques sont en suspens. Une chose est sûre : les dessins qui auraient accueilli les visiteurs dans la galerie supérieure n’ont pas encore livré tous leurs secrets !

Source : Hyperallergic
Bouton whatsapp
Inscrivez-vous à la Newsletter de Demotivateur !
En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir notre newsletter