Liban : une association sauve un lionceau qui était exploité pour prendre des photos avec des touristes

Bouton whatsapp

Au Liban, un lionceau contraint de prendre des photos avec des touristes a été sauvé par une association. Le petit mammifère vient de commencer sa nouvelle vie dans un sanctuaire en Afrique.

Pi, un lionceau âgé de quatre mois, va connaître une nouvelle vie. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le petit mammifère a beaucoup souffert.

Utilisé comme attrape-touristes au Liban, le jeune lion a été victime de maltraitances de la part de ses bourreaux, rapporte Le Parisien. Pi était détenu illégalement et exploité pour faire des photos avec les touristes. Mais ce n’est pas tout. Les vacanciers avaient également la possibilité de le caresser.

Comme le précise le site d’information, des vidéos publiées sur TikTok montraient le bébé lion enchaîné dans de mauvaises conditions, la gueule fermée avec du ruban adhésif.

Fort heureusement, le félin a été sauvé des griffes de ses tortionnaires par Animal Lebanon, une association pour la protection des animaux basée à Beyrouth.

Le lionceau recevra des soins d’experts

De son côté, l’organisation Humane society international a organisé et financé le transfert de l’animal vers l’Afrique du Sud. Bonne nouvelle : Pi vient de commencer sa nouvelle vie au Drakenstein Lion Park, un sanctuaire situé près du Cap.

«Il recevra nos soins d’experts pour le reste de sa vie, sans exploitation ni abus», a expliqué le directeur du parc dans un communiqué.

Avant d’ajouter : «Pi se trouve dans une zone d’évaluation et de quarantaine, construite selon ses besoins, pendant que ses blessures mentales commencent à se rétablir, et passera à un plus grand enclos pour lionceaux dès qu’il sera prêt. Une fois que ce petit guerrier sera plus grand, il sera transféré dans son enclos grandeur nature, son sanctuaire à vie».

Comme le précise le communiqué, la détention de lions comme animaux de compagnie est une pratique illégale au Liban. Toutefois, les grands félins sont introduits clandestinement depuis les pays voisins.

Avant Pi, le sanctuaire sud-africain avait déjà accueilli deux autres lionceaux, Issam et Kelly. À noter que l’Afrique du Sud souhaite interdire l’élevage de lions en captivité.

Crédit Photo : image d'illustration / Istock

Selon un rapport commandé par le gouvernement, 7 800 lions sont gardés en captivité dans plus de 342 établissements à travers le pays.

Parmi eux, des lions sont spécialement élevés pour la « chasse en boîte ». Très appréciée par les étrangers fortunés, cette pratique » est un business très lucratif.

Source : Le Parisien

Au sujet de l'auteur : Jenna Barabinot

Depuis 1 an et demi, je m’efforce de produire des articles de qualité tout en gardant ma touche d’humour. Mon domaine de prédilection ? Les histoires d’animaux qui se terminent en happy end. Je suis d’ailleurs incollable sur les races des chiens. Les sujets de société me passionnent et me permettent de perfectionner ma plume. J’affectionne aussi la rubrique « entertainment » car elle m’offre une parenthèse pailletée.