En cas de forte chaleur, les abeilles se donnent la mort en expulsant leur abdomen, selon une étude

Bouton whatsapp

Vous l’ignorez peut-être, mais les abeilles s'ôteraient la vie pendant les épisodes de chaleur extrême. C’est en tout cas ce qu’affirme une étude canadienne.

Des chercheurs de l’Université de Colombie- Britannique (Canada) ont fait une découverte de taille : les abeilles s'ôtent la vie lorsque les températures deviennent trop importantes. Mais ce n’est pas tout ! Leur dernier acte consiste à expulser une partie de leur propre abdomen, précise Ouest France.

À voir aussi

Crédit Photo : Istock

«Lorsque les abeilles meurent sous l’effet d’un choc, elles expulsent spontanément leur abdomen», indique Alison McAffe, stagiaire postdoctorale aux laboratoires Michael Smith de l’UBC et experte en santé des abeilles.

Avant d’ajouter : «Elles ont cet endophallus qui sort et a à peu près la taille de leur propre abdomen. C’est assez extrême». Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cette situation inquiète les apiculteurs.

Crédit Photo : Istock

Un phénomène inquiétant

En 2021, une vague de chaleur a décimé un grand nombre d’insectes puisque certains éleveurs ont vu jusqu’à la moitié de leurs abeilles perdre la vie : «Nous savons qu’après six heures à 42 degrés, la moitié des abeilles mourront de stress thermique», explique Alison McAffe.

Toujours selon la spécialiste, «les plus sensibles commencent à périr au bout de deux à trois heures. C’est une température qu’elles ne devraient pas normalement vivre, mais nous voyions des abeilles devenir stressées au point de mourir».

Crédit Photo : Istock

Les épisodes de chaleur extrême affectent également la reproduction des pollinisateurs noirs et jaunes. Au cours de la même période, 40% des reines se sont accouplées avec succès, contre 75 à 80% lors de meilleures conditions d’accouplement, souligne la chercheuse.

Afin de pallier ces problèmes, l’équipe de scientifiques a tenté de trouver des solutions pour refroidir les ruches. L’une de ces méthodes consiste à isoler la structure à l’aide d’un couvercle en polystyrène.

En effet, les chercheurs ont constaté que les ruches munies de système étaient 3,5 °C plus fraîches que les ruches témoins. Le quotidien régional souligne que cette isolation maintient les températures plus stables.

Ainsi, la ruche sera plus chaude au cours de la nuit et plus fraîche durant la journée, conclut le site d’information.

Source : Ouest France
Bouton whatsapp