Lot-et-Garonne : elle se bat pour adopter un marcassin qui avait trouvé refuge dans son jardin, après avoir été traqué par des chasseurs

Bouton whatsapp

Une habitante du Lot-et-Garonne se bat en ce moment pour pouvoir adopter le marcassin qu’elle a recueilli par le passé.

Voilà plusieurs mois désormais que Véronique Consolo remue ciel et terre pour obtenir gain de cause.

Depuis le mois de septembre, cette habitante de Villeneuve-sur-Lot mène en effet le combat de sa vie pour adopter Woody, un petit marcassin qu’elle a recueilli, comme l’expliquent nos confrères de La Dépêche.

Crédit photo : La Dépêche

Elle souhaite adopter un marcassin, qui s'était réfugié dans son jardin après avoir été traqué par des chasseurs

Traqué par des chasseurs, l’animal s’était ainsi réfugié dans le jardin familial alors qu’il n’avait que quelques semaines.

Il s’était ensuite habitué à cette nouvelle famille et n’avait jamais pu retourner réellement à la vie sauvage, revenant régulièrement à la propriété.

Une situation qui avait convaincu Véronique de garder le marcassin, mais aujourd'hui l’administration ne l’entend pas de cette oreille, car il est interdit de détenir un animal sauvage.

Crédit photo : Véronique Consolo

Il est donc demandé à cette grande amoureuse des animaux de relâcher le petit sanglier. Une décision à laquelle Véronique ne peut se résoudre et c’est pourquoi elle en appelle à la générosité des internautes.

« Woody était un tout petit bébé quand il a été trouvé devant la maison de sa famille adoptive, seul, affamé, incapable de se nourrir seul à son âge. Après plusieurs tentatives de le relâcher, il est revenu systématiquement (…) Sa famille a donc décidé de lui sauver la vie (…) Woody a repris des forces au fil des jours et des semaines, et s’est énormément attaché à sa famille (…) avec laquelle un lien très fort s’est créé », peut-on lire ainsi sur la pétition que Véronique a mise en ligne, afin d’obtenir des fonds pour payer un avocat.

Car « malgré des demandes en bonne et due forme, puis des recours auprès de l’administration (département du Lot-et-Garonne) pour détenir légalement Woody comme le prévoient les textes, les services de l’État refusent toute régularisation de la situation de Woody ».

Le combat ne fait donc que commencer pour Véronique, qui espère de tout cœur obtenir gain de cause.

Bouton whatsapp