Piégé depuis deux ans avec un pneu autour du cou, un wapiti a été libéré par des gardes forestiers

3 704partages

Aux États-Unis, un wapiti qui vivait avec un pneu coincé autour de son cou peut à nouveau vivre librement grâce à l’intervention des gardes forestiers.

Ce lundi 11 octobre, des gardes forestiers américains ont secouru un wapiti qui vivait depuis deux ans avec un lourd pneu coincé autour du cou. Le cervidé de 300 kg a été repéré samedi soir au sud-ouest de Denver (État du Colorado).

Crédit Photo : Capture d'écran Youtube Jason CLAY

Une manœuvre délicate

Après avoir endormi l’animal, les agents de protection de la faune ont coupé ses longs bois - qui repoussent chaque année - afin de retirer le pneu. Par chance, cette opération délicate s’est déroulée sans accroc.

« Nous aurions préféré couper le pneu et laisser ses bois mais la situation évoluait rapidement et nous devions simplement enlever le pneu par tous les moyens possibles », a indiqué dans un communiqué Scott Murdoch, un des agents ayant participé à l’opération.

Durant deux longues années, le mammifère a supporté le poids de ses bois, du pneu et des débris divers qui se sont accumulés au fil du temps. Les agents ont estimé que le wapiti avait perdu près de 16 kg ce soir-là.

Aussi surprenant que cela puisse paraître, son cou était en bon état pour le plus grand bonheur des gardes forestiers. Ces derniers ont aperçu le wapiti et son pneu pour la première fois en juillet 2019.

Au cours du printemps dernier, ils ont tenté de l’approcher à quatre reprises, en vain. Le mâle de quatre ans et demi était « difficile à trouver, et encore plus difficile à approcher ».

Crédit Photo : capture d’écran CPW NE Region/twitter

Selon Scott Murdoch, le wapiti s’est retrouvé dans cette situation lorsqu’il était très jeune. Autre possibilité, il a coincé le pneu autour de son cou durant l’hiver, période où les wapitis perdent leurs bois.

Afin de pallier ce problème, le département des parcs et de la faune du Colorado souligne «la nécessité pour les résidents de vivre de manière responsable en tenant compte de la faune sauvage».

Source : AFP