200 rennes ont été retrouvés morts de faim en Norvège à cause du réchauffement climatique

Par
4 175
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Environ 200 rennes ont été retrouvés morts de faim sur l’archipel de Svalbard, en Norvège l’hiver dernier d’après un article publié ce lundi 29 juillet par l’Institut polaire norvégien. Une découverte macabre qui serait due à un manque de nourriture, causé par le réchauffement climatique et la surpopulation.

Selon eux, les rennes seraient décédés en raison des changements climatiques de la région. Ce sont trois chercheurs de l’Institut qui ont découvert les cadavres lors de leur cartographie annuelle de la population de rennes.

Crédit photo : @P_Deshayes

Pour Åshild Ønvik Pedersen, la cheffe du projet de recensement, ce « très haut degré de mortalité » est une des conséquences du réchauffement climatique qui est deux fois plus rapide dans l’Arctique qu’il ne l’est dans le monde.

Crédit photo : @P_Deshayes

« Le changement climatique fait qu'il pleut beaucoup plus. La pluie tombe sur la neige et forme une couche de glace sur la toundra, ce qui fait que les conditions de pâture pour les animaux sont très mauvaises », a-t-elle détaillé à l’AFP.

Crédit photo : @P_Deshayes

Les cervidés se nourrissent en général de lichen en hiver, qu’ils trouvent sous la neige grâce à leurs sabots. L’alternance entre gel et le radoucissement de la température entraîne la formation de couches de glace, qui privent les rennes de nourriture.

Depuis que les rennes de l’archipel sont suivis par les scientifiques, c’est-à-dire 40 ans, un tel degré de mortalité n’a été observé qu’une seule fois : à l’issue de l’hiver 2007-2008.

Crédit photo : @P_Deshayes

Une autre raison concerne la forte augmentation du nombre de rennes présents sur cet archipel. D’après l’Institut, le nombre a doublé depuis années 1980, avec 22 000 animaux sur un territoire grand comme deux fois la Belgique, ils entrent de ce fait en compétition pour les mêmes zones pour se nourrir.

Source : The Guardian
Rennes Animaux Mort Faim Norvège Arctique
Commentaires