À cause des incendies et de la déforestation, les forêts tropicales disparaissent à un rythme alarmant

5 021partages

Le Global Forest Watch a dressé son bilan annuel sur l’état des forêts dans le monde. Malheureusement, le rapport montre que les forêts tropicales disparaissent de plus en plus vite, ce qui menace l’équilibre de la biodiversité.

En 2019, le couvert forestier a reculé de 24 millions d’hectares dans le monde. Cette donnée est un indicateur de l’état de santé de la planète puisqu’il calcule la proportion de surfaces boisées par rapport à la surface totale d’un pays.

À cause des incendies et de la déforestation, 12 millions d’hectares de forêts tropicales ont été détruites l’année passée.

Crédit photo : Sittitap / Shutterstock

Les incendies en Australie et au Brésil sont devenus tristement célèbres à cause de leur gravité. Mais de nombreux feux ont également été recensés en Californie, Colombie, Bolivie et dans le bassin du Congo.

La déforestation est aussi une cause importante de la destruction des forêts comme en Indonésie, où les bois sont supprimés pour être remplacés par des cultures d’huile de palme.

La déforestation causée par la culture de l'huile de palme. Crédit photo : Rich Carey / Shutterstock

Les forêts tropicales humides ont un rôle clé dans la régulation du climat, le maintien de la biodiversité et la fertilité des sols. En 2019, 3,64 millions d'hectares de ces forêts ont été ravagés.

« Elles constituent un écosystème forestier extrêmement important, contenant des arbres pouvant vivre des centaines voire des milliers d’années. Elles stockent plus de carbone que les autres forêts et sont irremplaçables pour préserver la biodiversité », écrit le Global Forest Watch dans son rapport annuel.

Crédit photo : Annthea Lewis / Shutterstock

Cette année record est la plus élevée depuis le début du siècle, après 2016 et 2017. Les scientifiques et protecteurs de l’environnement espèrent que la situation se calmera d’ici les prochaines années. « Les forêts primaires sont les plus critiques du monde car il faudra des décennies, voire des millénaires, pour qu’elles se régénèrent », prévient le Global Forest Watch.

Source : Le Monde
Plus d'articles
À lire aussi