Depuis la rentrée, un écolier souffrant d'amyotrophie spinale doit se débrouiller seul à l'école

711partages

Arthur, 7 ans, souffre d'un handicap qui le contraint à se déplacer en fauteuil roulant. Depuis la rentrée, il n'a pas pu bénéficier d'AESH pour l'aider à l'école et le petit garçon doit se débrouiller seul.

Arthur est un enfant de 7 ans qui souffre d'amyotrophie spinale, une maladie qui cause une atrophie des muscles. Son handicap l'oblige à se déplacer en fauteuil roulant et à avoir une personne qui l'aide à se déplacer et effectuer les tâches quotidiennes.

Crédit photo : Olesia Bilkei / Shutterstock

Malheureusement, le petit garçon n'a pas reçu d'accompagnant depuis la rentrée scolaire et doit évoluer à l'école tout seul.

Les parents d'élèves mobilisés

Face à la situation, les parents d'élèves de l'école ont réclamé un recrutement d'urgence à l'éducation nationale. Ils ont tenu à dénoncer ce manque de considération.

« Ce que l'on dénonce, c'est une inertie, un manque de réactivité de l'éducation nationale. Ce petit garçon est scolarisé dans cette école depuis la petite section. Sa situation est connue de longue date et en juillet dernier, tout le monde à l'école savait que son AESH était sur le départ », a dénoncé un parent d'élève.

Crédit photo : Le Parisien

Pendant l'absence de l'accompagnant, Arthur a pu compter sur son institutrice, mais celle-ci ne pouvait pas s'occuper de l'enfant tout en gérant sa classe en même temps.

« Arthur a besoin de quelqu'un pour lui mettre et lui enlever son manteau, l'emmener aux toilettes et même lui enlever les bouchons de ses stylos. Sans aide, c'est compliqué mais malgré tout, il n'a pas manqué l'école », affirme le père du petit garçon.

8000 nouveaux postes d'AESH cette année

En France, les enfants en situation de handicap sont aidés par un AESH, une personne formée pour les aider dans la structure.

Cette année, le gouvernement s'était engagé à ce que tous les élèves handicapés soient scolarisés en septembre 2020. Le ministère de l'éducation nationale a ouvert 350 nouvelles structures pour accompagner les enfants handicapés dans les établissements scolaires et 8000 postes d'AESH ont été créés.

Malheureusement, ce statut reste précaire et le nombre d'accompagnant est toujours insuffisant par rapport aux besoins des enfants.

Source : Le Parisien
Plus d'articles