Ce jeune de 11 ans se bat déjà pour la planète et s'inquiète pour ses futurs enfants

Par
1 709
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Levi Draheim a 11 ans. Il vit à Indian Harbour Beach, entre la côte de Floride et l'océan Atlantique, et s’engage déjà en faveur de l’environnement. Récemment, il a même porté plainte contre le gouvernement des États-Unis, accusé de crime climatique.

Ce jeune garçon pourrait bien prendre le même chemin que la jeune Suédoise Greta Thunberg, devenue en quelques mois l’une des figures de la lutte contre le réchauffement climatique. Levi Draheim s’inquiète aussi pour l’avenir de la planète. « Je ne sais même pas si la Terre sera encore là quand je serai plus grand, au rythme où vont les choses », exprime le garçon au téléphone à l'AFP.

Ce jeune de 11 ans se bat déjà pour la planète et s’inquiète pour ses futurs enfants. Crédits photo : Our Children's Trust

Scolarisé à domicile, Levi a rejoint une équipe d’une vingtaine de jeunes engagée dans une action judiciaire contre les États-Unis, et lancée en 2015 par les associations Our Children's Trust et Earth Guardians. Mais leur action est retardée par de nombreux recours et des procédures dilatoires. Ce groupe de jeunes ont aussi adopté une section de la plage côté océan, qu’ils nettoient chaque semaine.

Les jeunes accusent le gouvernement d'inaction face au réchauffement de la planète mais aussi d'actions de « discrimination positive » en faveur des énergies fossiles, privant les futures générations de leur droit constitutionnel à la vie, à la liberté et à la propriété.

Habitant sur une dune, à moins de quatre mètres au-dessus du niveau de la mer, Levi a très tôt été sensibilisé à la nature et à l’environnement. « J'ai toujours été intéressé par l'environnement », explique le garçon, qui veut être biologiste marin plus tard. « Mais je ne savais pas quoi faire pour arrêter le changement climatique ».

Crédits photo : Robin Loznak

Levi pense aussi à l’avenir de ses futurs enfants. « J'espère que je pourrai montrer à mes enfants, si j'en ai un jour, l'endroit où j'ai grandi et où j'ai joué. Mais je ne sais même pas si je serai encore en vie, ou peut-être qu'on vivra sur Mars ? », s’inquiète le jeune homme.

Levi pense au changement climatique quotidiennement et fait part de son inquiétude. « Je suis extrêmement inquiet. Quand j'étais plus petit, je faisais des cauchemars où l'eau montait et il faisait très chaud. » Il s’engage aussi dans une lutte contre les dirigeants septuagénaires du pays qui « sont au courant du changement climatique depuis cinquante ans. Ça m'énerve que ce soit eux qui décident de notre avenir et, du coup, de nos vies ».

Aujourd'hui, les jeunes sont de plus en plus nombreux à se mobiliser en faveur du climat. La preuve, ce vendredi 15 mars, où étudiants, lycéens et collégiens se sont rassemblés dans plus de 2 000 villes du monde dans le cadre du mouvement "Fridays for future", né dans le sillage de Greta Thunberg. En France, d’importants cortèges ont défilé à Lyon (près de 12 000 personnes), Rennes, Lille (6 000 personnes), Strasbourg (5 000 personnes), Nantes (3 000 personnes)... Ce matin, 140 étudiants et lycéens ont bloqué le siège de la Société générale, dans le quartier d’affaires de la Défense, pour « dénoncer des investissements qui menacent leur avenir ».

Source : AFP
Climat Rechauffement climatique Jeunes Environnement
Commentaires