En Alsace, le cheval d'un viticulteur poursuivi par des voisins, excédés par l'odeur de crottin et d'urine

44 672partages

On connaissait déjà l’histoire rocambolesque du coq Maurice. Cette fois-ci, c’est un cheval qui se retrouve au cœur d’une poursuite judiciaire entre voisins.

Direction le village d’Orschwihr, dans le Haut-Rhin (Alsace), où le cheval Sésame, appartenant à des viticulteurs, a eu raison de la patience du voisinage à cause de… l’odeur de son crottin et de son urine.

Selon le média régional l’Alsace, les voisins ont attaqué en justice les propriétaires du domaine viticole Valentin-Zusslin pour faire valoir les désagréments et préjudices qu’ils estiment subir à cause de l’animal.

Les propriétaires ont acquis ce cheval comtois en 2012 pour revenir partiellement au travail par la traction animale dans les vignes. Une technique ancestrale moins destructrice et plus respectueuse pour les terres.

En Alsace, le cheval d'un viticulteur poursuivi par des voisins, excédés par l'odeur de crottin et d'urine. Crédit photo : Shutterstock / Grimplet

Seulement voilà, le cheval qui se prénomme Sésame pose problème aux voisins du domaine, qui vivent depuis 1983 et qui ont ouvert des gîtes en 2000. Ces derniers estiment qu’ils subissent un préjudice financier puisque « la fréquentation des gîtes a baissé depuis l’arrivée du cheval ».

La raison évoquée par le couple voisin serait de « forts désagréments » caractérisées par les odeurs de crottin et d’urine, les mouches et le bruit lié aux animaux.

La procédure a été entamée en 2014 et l’affaire est jugée en juillet 2018. Dès lors, le tribunal d’instance donne raison au domaine viticole. Le couple décidant de faire appel de cette décision, c’est désormais à la cour d’appel de Colmar de statuer sur l’affaire.

Comme pour le coq Maurice, les viticulteurs peuvent compter sur le soutien de leur profession et des défenseurs de l’authenticité des villages en milieu rural. Une pétition a été lancée en début de semaine sur change.org, intitulée «Bientôt plus de chevaux dans nos vignes». Celle-ci a déjà recueilli plus de 7000 signatures.

Source : L'Alsace
Plus d'articles
Dernières news
En ce moment