Au Brésil, la police arrête... un perroquet qui faisait le guetteur pour des dealers

Par
26 595
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Voici l’histoire insolite du jour ! Au Brésil, la police a placé en détention un perroquet, formé pour alerter des dealers en criant « Maman, la police ! ».

Ce lundi 22 avril, dans l’après-midi, la police s’apprêtait à perquisitionner une maison à Teresina, dans l’Etat de Piauí, situé dans le nord-est du pays. Une opération mise à mal par un perroquet aux plumes vertes qui cria « Maman, la police ! » lorsqu’il aperçut les forces de l’ordre à proximité du domicile d’une famille connue pour son implication dans un trafic de drogues.

Crédit photo : Policia Militar Ambiental

Malgré l’alerte, la police arrive à interpeller un homme de 30 ans et une adolescente de 16 ans, cette dernière cachant du cannabis dans ses sous-vêtements. Puis, l’équipe d’intervention décide d’arrêter également l’oiseau-guetteur, surtout pour l’enlever à la famille de dealers et l’envoyer dans un zoo voisin.

Auprès du quotidien Globo, un policier explique que le perroquet a probablement été « formé pour cela » : « Il s’est mis à crier dès que la police s’est approchée ». De son côté, le vétérinaire chargé d’examiner le volatile confirme cette probabilité : « Il est possible qu’il ait été formé par des personnes ou qu’il ait pris l’habitude d’imiter des sons. Mais ce n’est peut-être pas lié à la présence de la police, mais de n’importe quel inconnu qui approcherait ».

Au Brésil, la police arrête… un perroquet qui faisait le guetteur pour des dealers. Crédit photo : Shutterstock / J.A. Dunbar

Depuis son arrestation, le perroquet « n’a émis aucun son » et « est complètement silencieux ». Âgé de cinq ans, le perroquet doit réapprendre à voler, ce qui devrait prendre trois mois. Après cela, les soigneurs du zoo espèrent pouvoir libérer l’animal pour qu’il retourne à la vie sauvage au nord du Brésil.

La justice juge l'État fautif pour son inaction contre la pollution de l'air en Île-de-France, une première
Source : Globo
Brésil Police
Commentaires