Un troupeau de chèvres sauvages prend le contrôle d'une ville galloise sous le regard amusé des habitants confinés

12Kpartages

Au Royaume-Uni, des chèvres sauvages ont élu domicile dans les rues d’une ville côtière du nord du Pays de Galles pour le plus grand bonheur de ses habitants.

Quand le chat n’est pas là, les souris dansent. Profitant du confinement des humains, un troupeau de chèvres a envahi les rues désertes de Llandudno, ville balnéaire située au Pays de Galles, le week-end dernier.

Crédit Photo: Carl Recine / Reuters

Très curieuses, les petites bêtes ont inspecté les rues de fond en comble. Leur loisir préféré pendant cette promenade ? Grignoter les haies des jardins sous le regard impuissant des résidants. Malgré ce petit écart de conduite, les chèvres sauvages ont bien fait rire les habitants du quartier.

Crédit Photo: Carl Recine / Reuters

C’est le cas de Andrew Stuart, journaliste au Manchester Evening News. Ce dernier a été aux premières loges pour assister à l’invasion inattendue des chèvres dans les rues. Sur Twitter, le jeune homme a déclaré qu'il avait appelé la police pour dénoncer le comportement inapproprié des chèvres. D’après Andrew, les animaux ont mené des émeutes dans la ville. Encore plus grave, elles n’ont pas respecté les mesures de distanciation sociale.

Le journaliste, qui ne manque pas d’humour, a également modifié sa biographie Twitter. Désormais, il est officiellement le correspondant local des «chèvres». Ses photos et vidéos du «gang des chèvres» sont rapidement devenues virales.

D’après les dires de Carol Marubbi, conseillère municipale, les habitants ont beaucoup apprécié le divertissement gratuit depuis leurs fenêtres. « Les chèvres sont curieuses. Je pense qu'elles se demandent ce qu’il passe comme tout le monde » a déclaré Carol à la BBC.

Les chèvres ont également amusé le personnel d’un hôtel local, le Landsdowne House Llandudno. Sur les réseaux sociaux, le personnel a déploré le fait qu'il n'avait plus de clients à cause du coronavirus à l'exception des membres du troupeau. Encore plus drôle, les chèvres s’attendaient à rester dormir et à manger…gratuitement !

Crédit Photo : Andrew Suart

« Au moins, elles utilisent les lignes blanches de stationnement pour respecter la distance sociale de 2 mètres ! », a rajouté l’hôtel. Un bon point pour les petites biques qui comptent s’attarder dans la ville encore un petit moment.

Ces chèvres vivent normalement sur la colline surplombant la ville. Elles ont pour habitude de rester en hauteur et s’aventurent très rarement dans la rue.

Source : huffpost
Plus d'articles