À 98 ans, cette rescapée d'Auschwitz a survécu au Covid-19

8 098partages

Cette survivante des camps de la mort n’a fait qu’une bouchée du coronavirus !

Marianne Schwartz, 98 ans, est devenue la personne la plus âgée de l’État de Victoria (Australie) à guérir du Covid-19.

Publicité

Au mois de juillet, cette dernière a été testée positive au coronavirus. Alors qu’elle était hospitalisée, son état de santé s’est amélioré avant de s’aggraver, provoquant ainsi l’inquiétude de sa nièce :

« Elle a été placée sous oxygène à plusieurs reprises, elle a commencé à se sentir mieux mais son état de santé s’est dégradé. C'est à ce moment-là que les médecins ont découvert qu'elle avait contracté une pneumonie », a confié Karin Zafi, nièce de Marianne Schwartz.

Crédit Photo : 7News / Sunrise

Malgré ce lot de mauvaises nouvelles, la vieille dame a retrouvé des forces. Aujourd’hui, elle est complément guérie du Covid-19, un mois après son hospitalisation : « Ce n'était certainement pas mon défi le plus difficile, mais c'était un grand défi », a confié l’Australienne. Un défi que la vieille dame a relevé haut la main.

Mardi dernier, Marianne Schwartz a été autorisée à rentrer chez elle. Un véritable soulagement pour ses proches. Après son retour à la maison, elle a célébré son 98ème anniversaire entourée de toute sa famille.

Rescapée des camps de concentration

L’existence de Marianne Schwartz a été parsemée d’épreuves. Pendant la Seconde Guerre mondiale, cette dernière, originaire de Vienne, a été détenue dans trois camps de concentrations, dont Auschwitz.

L’ancienne survivante de l’Holocauste a ensuite émigré en Australie en 1952, après avoir épousé son mari à Vienne en 1949.

Crédit Photo : Unsplash

Dans une interview accordée à The Australian en 2018, Marianne a déclaré qu’une partie de son existence livrée aux mains des nazis avait changé sa vision de la vie pour toujours :

« Mon expérience dans les camps de concentration m'a appris beaucoup de choses comme la résilience et à prendre les gens tels qu'ils sont. Mon attitude face à la vie et à la mort est complètement différente ».

Avant d’ajouter : « Au fond, je sentais que les nazis n'étaient pas en mesure de me retirer mon identité. J'étais toujours la même personne ».

Rescapée de l’enfer, Marianne Schwartz a déclaré qu'elle rêvait encore à ce que sa vie pouvait ressembler si elle n'avait jamais été déportée par les nazis : « J'ai appris à vivre avec ce qui m'est arrivé. J’en rêve de temps en temps mais personne ne meurt dans mes rêves. Je ne les laisse pas ».

Source : Daily Mail
Plus d'articles