En Australie, des dizaines d'animaux survivent à la sécheresse grâce à l'action des... wombats

En Australie, les wombats feraient visiblement profiter aux autres animaux leur instinct de survie, notamment en période actuelle de sécheresse. Focus aujourd'hui sur un phènomène assez particulier, observable aux antipodes.

Et on reparle des wombats !

Ces petits marsupiaux des forêts montagneuses d’Australie, dont le rôle salvateur pour la faune avait été souligné lors des terribles incendies de 2020, sont à nouveau mis à l’honneur.

Les habitudes de cet animal endémique si particulier, aux allures de petit ourson, profitent en effet à d’autres espèces.

Alors que l’Australie traverse actuellement une sévère sécheresse, les terriers toujours plus profonds, creusés par les wombats, permettent ainsi aux autres animaux assoiffés de s’abreuver.

Crédit photo : Pixabay

L'ingéniosité du wombat profite à d'autres espèces qui peuvent ainsi survivre en période de sécheresse

Il faut savoir que ce marsupial, qui peut peser jusqu’à 35 kg, creuse en effet des terriers très bien isolés de la surface avec plusieurs entrées et autres galeries connectées entre elles.

Ce sont ces mêmes terriers, parfois très impressionnants, qui avaient ainsi permis à certains animaux, en proie aux flammes, de se réfugier et de se protéger du feu l’année dernière.

Ted Finnie, fermier implanté près de Merriwa, au nord de Sidney, avait déjà témoigné à l'époque de cette ingéniosité qui contribue à la survie d’autres espèces, peu épargnées par la sécheresse.

Cet ancien vétérinaire avait pu constater que les wombats, déambulant sur son terrain, avaient creusé si profondément le sol qu’ils avaient atteint un point d’eau souterrain.

Une véritable aubaine pour les autres animaux - notamment des kangourous, des wallabies, des opossums ou encore des oiseaux - qui profitent ainsi de cette source inespérée pour s’abreuver, alors qu’il n’a pas plu une seule goutte de pluie dans la région depuis… trois ans.

Selon Ted Finnie, qui s’était confié à des médias locaux, le trou observé sur son terrain ressemblait à « un cratère ». Il mesurait « environ 20 mètres de diamètre, et (était) peut-être long d’environ quatre mètres ».

« Comme le cratère s’est desséché à cause de la sécheresse, les wombats ont creusé encore plus pour se rapprocher de l’eau », expliquait alors le fermier qui considère aujourd'hui ces wombats comme de véritables héros.

« Ce sont eux qui gardent le trou ouvert et accessible. Je pense que c’est vraiment assez surprenant de voir à quel point ils sont intelligents en matière de survie; ce sont des grands survivants. Surtout qu’ils sont capables de s’approvisionner en eau assez profondément », s’étonnait-il ainsi.

Et si la survie de la faune australienne dépendait aussi de l’ingéniosité des wombats ?

Source : Australian Broadcasting Corporation