Isère : des agriculteurs se font voler la moitié de leur récolte annuelle, une cagnotte en ligne est créée pour les aider

1 069partages

En Isère, un couple d’agriculteurs a découvert avec stupeur que des voleurs ont dérobé plus de 4 000 courges présentes sur sa parcelle. Un vrai coup dur qui entraîne la perte de la moitié de la récolte annuelle.

Amandine et Wilfried Gagneux forment un couple d’agriculteurs qui vit en Isère, dans le domaine appelé La Ferme des 4 saisons. Ces maraîchers, qui cultivent des produits bios, ont eu une très mauvaise surprise ce mardi 5 octobre, alors qu’ils se rendaient sur leur parcelle de légumes.

En arrivant, ils ont constaté que leur champ était quasiment vide, et que leur récolte avait disparu.

Plus de 4 000 courges volées

En effet, Amandine et Wilfried ont découvert que plus de 4 000 de leurs courges ont été volées. Installés depuis trois ans, les deux agriculteurs sont désespérés.

« On est restés sans voix. On était vraiment tétanisés devant le fait qu’il n’y ait plus de courges, pour nous c’est catastrophique. L’été pluvieux n’a déjà pas été facile à traverser. Là, c’est le bénéfice de l’année qui s’envole, c’est une perte énorme, un gros chiffre pour nous », a confié Wilfried.

Crédit photo : Radio France / Noémie Philippot

Suite à une reconversion professionnelle, l’agriculture est devenue une vraie passion pour Amandine et Wilfried. Sept jours sur sept, le couple travaille sans relâche pour produire des bons légumes. Voir la moitié de leur récolte disparaître est une vraie catastrophe pour ces maraîchers.

« Il y a la fatigue qui s’accumule parce qu’on travaille tous les jours. On n’a pas de jours de congé, on travaille tout le temps et on voit que le fruit de notre travail, c’est de se faire voler et de ne pas pouvoir finir la saison correctement », a déclaré Amandine, les larmes aux yeux.

Une vague de soutien pour les agriculteurs

La parcelle étant invisible depuis la route et les habitations, Amandine et Wilfried se demandent comment les voleurs ont réussi à trouver leur champ. De plus, il est impossible d’aller sur la parcelle en empruntant la route, car les courges sont entourées de champs de maïs et de forêts.

« Comment ils ont pu savoir où elles étaient ? Qui ça peut être et d’où l’information est partie ? Parce que vraiment… d’une voiture, on ne peut pas voir. Il n’y a rien qui dépasse. Vu la météo de cet été, il y avait beaucoup d’herbes. Il y a beaucoup, beaucoup de traces donc ils étaient nombreux. Ils étaient équipés, je pense, avec des sécateurs électriques pour aller plus vite. C’est coupé tout proprement… Ce sont des professionnels, et ça va repartir vite sur le marché », explique Amandine, déconcertée.

Bien que leurs légumes risquent d’être à nouveau commercialisés, il est impossible pour les agriculteurs de les retrouver. Le couple a perdu la moitié de sa récolte annuelle, ce qui équivaut à une perte de 15 000 euros. Aujourd’hui, l'exploitation des maraîchers est menacée.

« On est toujours motivés parce qu’on fait un métier qu’on adore. Quand il nous arrive un coup dur comme ça, on est effondrés et on comprend vite pourquoi il y a beaucoup d’agriculteurs qui se suicident. On se sent seuls, on ne se sent pas protégés, on se sent incompris », a confié Amandine, désespérée.

Crédit photo : Radio France / Noémie Philippot

Face à cette catastrophe, les agriculteurs ont reçu de nombreux messages de soutien. Des clients ont même proposé d’acheter des courges virtuelles. Une cagnotte en ligne a été ouverte, pour aider les agriculteurs à remonter la pente.

« On a eu beaucoup de messages sur internet, sur Facebook ou par SMS. Le matin, on a beaucoup de bons clients qui viennent nous demander comment ça va, si on a des nouvelles, des indices… Ça remonte le moral de voir qu’on n’est pas tout seuls. C’est quand même un coup dur, mais on se sent soutenus. Ce sont des gens qu’on rencontre toutes les semaines, alors on est contents de tisser un lien », a confié Amandine.

Malheureusement pour le couple, ce n’est pas la première fois qu’il se fait voler ses légumes. L’année dernière, entre 600 et 800 kg de courges avaient été volés. Contrairement à la fois précédente, le couple a décidé cette année de porter plainte. Bien que l’installation soit chère, Amandine et Wilfried envisagent également d’installer des caméras de surveillance sur leur parcelle, pour plus de sécurité.

Source : France 3