Cette infirmière partage des photos d'elle prises avant et après avoir travaillé huit mois dans un service de Covid-19

27Kpartages

Aux États-Unis, une infirmière a diffusé sur les réseaux sociaux une photo de son visage marqué par le port du masque, pour montrer la réalité du quotidien du personnel soignant dans les hôpitaux.

Depuis le début du coronavirus, le personnel soignant est mobilisé sur le front pour combattre cette pandémie. C’est le cas de Kathryn, une infirmière américaine âgée de 27 ans.

À voir aussi

Ce week-end, la jeune femme a partagé sur les réseaux sociaux un montage de deux photos d’elle prises avant et après avoir travaillé huit mois dans un service de réanimation.

Un visage marqué par la crise sanitaire

La première photo date du mois d’avril. À cette époque, Kathryn venait d’obtenir son diplôme d’infirmière. La seconde photo, prise le week-end dernier, montre son visage gonflé et meurtri par le port du masque et la fatigue liée à sa charge de travail.

Crédit Photo : Kathryn

« Samedi soir, j'étais au milieu d'un quart de travail, je venais de sortir de la chambre d'un patient et je venais de retirer mon masque. J’avais l'image dans ma tête de la remise des diplômes, et je voulais montrer la différence que quelques mois peuvent faire, et la réalité d'être infirmière dans la pandémie », a indiqué l’infirmière.

Au mois de juillet dernier, l’hôpital dans lequel elle travaille a été en proie à une augmentation de cas de Covid-19 : « Je me suis résignée au fait que les choses vont encore empirer dans les semaines qui suivent. Je veux juste que cela se produise maintenant, afin que nous puissions en finir », a-t-elle déclaré.

Crédit Photo : Kathryn

La désinformation affecte le personnel soignant

Selon elle, les informations inexactes sur le Covid-19 et les théories du complot affectent son travail et celui de ses collègues : « Il y a maintenant un antagonisme entre les médecins, les infirmières et le grand public qui n’existait pas avant», a-t-elle confié.

Ce poids supplémentaire s’ajoute à la longue liste des horreurs auxquelles elle est confrontée au quotidien, comme la perte des patients :

« Nous sommes assis à regarder la saturation en oxygène des patients baisser. Nous ne pouvons rien faire d’autre (…). C'est une chose très difficile de savoir qu'il y a cette personne qui était en bonne santé avant le Covid-19, et maintenant nous devons juste la regarder mourir », a-t-elle déploré.

Crédit Photo : Kathryn

Malgré des conditions de travail extrêmement difficiles, Kathryn aime son métier car elle se sent utile : « Je pense que je suis dans un meilleur état mental qu'avant, car j'ai l'impression de faire quelque chose. C’est énervant de voir les gens traiter ça comme une blague, mais quand je suis au travail, je peux aider ».

Source : Metro