Les chasseurs de Charente-Maritime renoncent finalement à leur « prime au mérite » vis-à-vis de la chasse aux renards

Par
6 181
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Il y a deux jours, la Fédération de chasse de Charente-Maritime provoquait un tollé à cause de leur « prime au mérite » pour les chasseurs qui ramenaient « au moins 35 queues de renards ».

Une « prime au mérite » pouvant aller jusqu’à 500 euros, sous forme d’un bon d’achat auprès d’un équipementier partenaire et un potentiel remboursement du permis de chasse : les chasseurs de Charente-Maritime avaient de quoi trouver la motivation pour partir à la chasse aux renards.

Cependant, au regard de la polémique suscitée par cette initiative, la Fédération de chasse a décidé de faire marche arrière. En effet, « devant l’incompréhension suscitée par la mesure d’encouragement au prélèvement » et face à une « polémique injustifiée », elle a annoncé le retrait de « la mise en place de la gratification annoncée » indique-t-elle à travers un communiqué.

La Fédération de chasse de Charente-Maritime retire finalement sa « prime au mérite » pour la chasse aux renards. Crédit photo : Shutterstock / Pim Leijen

Un rétropédalage bienvenu pour les défenseurs de l’environnement qui estiment que le renard n’est pas le nuisible que les chasseurs prétendent définir, comme l’explique Patrick Picaud, président de Nature Environnement 17 : « La population n’est pas chiffrée et personne ne sait combien sont déjà abattus chaque année ».

Même son de cloche chez Vincent David, président du Groupement des agriculteurs bio (Gab17) : « Ce n’est pas en supprimant la biodiversité qu’on va améliorer la biodiversité » martèle-t-il.

Selon une étude de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) datant de 2014-2015, ce sont près de 400 000 renards qui sont tués chaque année. De son côté, même si elle a retiré « la prime au mérite », la Fédération des chasseurs de Charente-Maritime compte tout de même sur ses 19 000 adhérents pour réguler la population des espèces classées nuisibles, comme le renard et les corneilles.

VIDEO : Un zoo japonais a réalisé un exercice d'urgence avec un faux lion, sous le regard des vrais lions
Source : Fédération de chasse de Charente-Maritime
Renard Chasse
Commentaires