Confinement : « des milliers d'animaux risquent d'être euthanasiés », la SPA alerte

25Kpartages

La saturation des refuges pose de plus en plus de problèmes pour les animaux avec le confinement. Ce lundi 6 avril, la SPA a lancé un appel l'aide car certains animaux placés en fourrière risquent d'être euthanasiés si aucune solution n'est trouvée.

La SPA a tiré sur la sonnette d'alarme ce lundi 6 avril. Pour alerter sur la situation préoccupante des animaux en cette période de confinement, le président de la SPA est monté au créneau pour lancer un appel à l'aide. Dans un entretien accordé à France Info, Jacques-Charles Fombonne affirme que les refuges sont « quasiment en capacité complète, proches de la saturation ».

Crédit image: SPA

« Nous allons avoir des milliers d’animaux qui seront recueillis par la fourrière, que nous ne pourrons pas héberger et qui seront euthanasiés » indique-t-il. La raison principale de cette situation est le confinement a fait savoir Jacques-Charles Fombonne, car « les gens ne peuvent plus sortir de chez eux pour venir adopter nos animaux ». Il déplore de ce fait le manque d’écoute des autorités gouvernementales qui pas n’ont pas pris en compte leurs solutions proposées pour l’adoption des animaux.

« Nous avons organisé nos 52 refuges avec des équipes de salariés séparées, cloisonnées, de façon à éviter la propagation de la maladie. On a de quoi nourrir nos animaux, nettoyer leur box. On n'a simplement pas la possibilité de les faire adopter » , regrette Jacques-Charles Fombonne. « Il ne reste que 300 à 400 places dans les refuges. Très, très vite, on va être à bloc et là, on va regarder la liste des animaux perdus et euthanasiés s'allonger. Alors que le problème pourrait être réglé de manière très simple » , s’inquiète le président de la SPA.

Cependant, l’association de la protection animale ne baisse pas les bras et a trouvé un autre moyen de faire adopter les animaux à travers « un processus de choix des animaux sur Internet ». Selon Jacques-Charles Fombonne, l’adoption se passe avec ce procédé : « les gens choisissent leur animal, prennent un rendez-vous individualisé et horodaté de façon à ce qu'ils soient les seuls à la porte du refuge. On leur présente l'animal, on leur donnerait l'animal sans qu'il y ait de contact entre les salariés et la personne. »

Pour rendre possible ce type d’adoption, l’association s’est ouverte au gouvernement à ce sujet depuis une dizaine de jours « mais cela n’arrive pas à déboucher parce qu’il faudrait une autorisation ministérielle pour permettre aux Français de venir jusqu’à nos refuges », explique le président de la SPA. Selon lui, il suffirait d’ajouter la possibilité d’adopter un animal sur l’attestation de déplacement dérogatoire. « Je m’engage, si on nous y autorise, à suivre une procédure extrêmement sécurisée », conclut-il.

Des centaines de demandes d’adoption sur internet et des milliers d’animaux à proposer à l’adoption sont suspendues aux décisions des autorités de l’État selon Jacques-Charles Fombonne. Ce dernier appelle l’État à agir et ne pas « abandonner les animaux une deuxième fois ».

Source : franceinfo
Plus d'articles