Les animaux de compagnies ne peuvent pas transmettre le virus à l'homme selon un rapport de l'ANSES

4 291partages

Les animaux de compagnie seraient-ils vecteurs du coronavirus ? Le rapport publié ce lundi par l’Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSES) indique qu’aucune preuve ne justifie cette hypothèse. « Les animaux domestiques ne jouent aucun rôle épidémiologique dans la diffusion du coronavirus », considère l’agence.

La question a toujours été posée quant à la possibilité de voir les animaux de compagnie transmettre le virus du Covid-19 à leur maître. Malgré les assurances données par la SPA (Société de protection animale), le doute d’un risque de contamination du virus de l’animal vers l’homme plane toujours. Réuni d’urgence par l’Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSES), un groupe d’experts spécialisés s’est penché sur la question pour apporter une réponse.

Crédit image: Shutterstock/Lucia Romero

Le 9 mars dernier, un premier avis avait été émis par les chercheurs coptés par l’ANSES. Au vu de nouveaux cas d’animaux positifs constatés après l’avis du 9 mars, l’agence nationale de sécurité sanitaire a complété son étude qui a été publiée ce lundi 20 avril. Dans son communiqué, l’ANSES précise : « des cas sporadiques de contamination d’animaux domestiques ont notamment été décrits et des infections expérimentales ont permis de démontrer la réceptivité de quelques espèces animales au virus ». C’est le cas par exemple des animaux comme le furet, le hamster et, dans une moindre mesure, le chat, indique l’agence.

Cependant, dans leur rapport du 20 avril, l’ANSES apporte des éléments de réponse et renseigne qu’au vu de leur résultat, les animaux ne transmettent pas le virus aux hommes.

« Dans le contexte actuel et au vu des informations disponibles, il n'existe actuellement aucune preuve que les animaux domestiques (animaux d’élevage et de compagnie) jouent un rôle épidémiologique dans la diffusion du SARS-CoV-2 », explique l’ANSES. Dans leur étude les experts de l’ANSES ont aussi montré que les animaux n’ont pas les mêmes réceptivités face aux virus.

Se basant sur des études faites en Chine et Allemagne, il s’est trouvé que « les porcs et les volailles (poulets et canards etc.) ne sont pas réceptifs » au Covid-19, contrairement aux chiens qui « s’avèrent peu réceptifs au virus ». Pour le cas des chiens, les chercheurs se sont basés sur « l’unique étude expérimentale publiée par des chercheurs chinois ». Pour les chats, les furets et les hamsters, la réceptivité du virus est avérée et la transmission par contact entre les mêmes animaux possibles.

« Les cas investigués sont en faveur d’une transmission de l’Homme vers l’animal », ajoute l’agence dans son deuxième avis rendu public sur ce 20 avril.

En conclusion de son communiqué, l’ANSES appelle aux respects des « gestes barrières » et a rappelé la nécessité de protéger « les animaux de compagnie d’un contact étroit avec les personnes malades ». L’agence ordonne également de « se laver les mains avant et après l'avoir caressé, ou après le changement de litière. »

Source : ANSES
Plus d'articles