« L'épidémie de coronavirus est en train de disparaître progressivement » à Marseille, selon le Professeur Didier Raoult

2 427partages

Le Professeur Didier Raoult, qui ne cesse d’alimenter polémiques et autres débats depuis le début de l’épidémie de coronavirus, jette un nouveau pavé dans la mare.

Le scientifique, favorable au traitement à base d'hydroxychloroquine, vient de se fendre d’une déclaration surprenante, qui ne devrait pas manquer de faire réagir.

Dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux, le responsable de l’IHU Méditerranée (Institut hospitalo-universitaire en maladies infectieuses de Marseille) estime en effet probable que « l’épidémie disparaisse au printemps et que d’ici quelques semaines, il n’y ait plus de cas », à Marseille.

« J’avais prédit que cette crise sanitaire ne modifierait pas l’espérance de vie des Français, c’est le cas ! »

Pour étayer son propos, Didier Raoult s’appuie sur les chiffres des récentes contaminations dans la cité phocéenne.

« Pour nous, l’épidémie est en train de disparaître progressivement. Au maximum, au pic, on a eu jusqu’à 368 cas nouveaux cas par jour et, actuellement, on est plutôt dans la zone de 60-80 par jour. Donc on a une diminution très très significative du nombre de cas détectés et encore plus significative chez les gens qui viennent se faire détecter alors qu’ils sont asymptomatiques », rappelle-t-il dans un premier temps.

« Il est donc possible que l’épidémie disparaisse au printemps et que d’ici quelques semaines, il n’y ait plus de cas, pour des raisons qui sont extrêmement étranges, mais qui sont des choses qu’on a l’habitude de voir dans la plupart des maladies virales respiratoires », précise-t-il ensuite.

« Si l’on essaie de voir si, actuellement, la crise sanitaire a une incidence sur la mortalité en France, la réponse est non ! (…) L’augmentation de la mortalité liée à ce nouveau virus n’est pas visible significativement dans l’ensemble de la population », poursuit-il encore.

Et l’intéressé d’ajouter : « J’ai horreur de prédire mais j’avais prédit que cette crise sanitaire ne modifierait pas l’espérance de vie des Français, c’est le cas ! »

Des propos qui n’ont pas été du goût de l’Agence régionale de santé de Paca qui a tenu à tempérer ces affirmations en appelant à la plus grande prudence.

« Il est tout à fait prématuré de pouvoir faire des pronostics sur la fin de l’épidémie. Nous n’en savons rien malheureusement. Nous enregistrons, c’est vrai, depuis quelques jours une diminution de la progression de l’épidémie, pas du tout une régression. L’épidémie va se poursuivre et ça va prendre des semaines », a ainsi tenu à rappeler le directeur général de l’ARS Paca, Philippe de Mester, au micro de France Bleu.

Pour rappel, l’épidémie de coronavirus a fait plus de 15 000 morts en France.

Plus d'articles