Les Américains détournent des masques destinés à la France, en les rachetant en cash « sur le tarmac » d'aéroports chinois

30Kpartages

En cette période d'épidémie, les masques de protections sont devenus de véritables objets de convoitises, pour lesquels certains pays sont prêts à tout. Explications.

La « guerre » est déclarée !

Alors que la pandémie de coronavirus continue de faire des ravages, la course à l’approvisionnement en masques de protection bat son plein et tous les coups semblent permis !

Ainsi, on apprend aujourd’hui que des masques destinés à la France sont détournés par les Américains qui s’en emparent sur le tarmac des aéroports chinois, en surenchérissant à la dernière minute.

Crédit photo : BERMIX STUDIO / Shutterstock

« Les Américains sortent le cash et payent trois ou quatre fois plus »

Jean Rottner, président de la région Grand Est - la plus touchée par l’épidémie - s’en est insurgé ce mercredi au micro de RTL.

« C’est compliqué, on se bat 24 heures sur 24 » pour que les masques soient livrés, a-t-il expliqué.

« Moi, j’ai une petite cellule au niveau de la région qui travaille d’arrache-pied pour, avec les commanditaires, pouvoir gagner ces marchés. Et effectivement, sur le tarmac, les Américains sortent le cash et payent trois ou quatre fois les commandes que nous avons faites, donc il faut vraiment se battre », a-t-il encore déploré.

« J’ai été très heureux de voir arriver cet avion chez nous hier soir », s’est toutefois réjoui l’intéressé, faisant référence aux deux millions de masques chirurgicaux commandés par le Grand Est à la Chine et acheminés la veille à l’aéroport de Bâle-Mulhouse.

« C’est un parcours du combattant incroyable »

Son homologue de la région PACA, Renaud Muselier, ne dit pas autre chose et confirme avoir eu vent de ces pratiques invraisemblables à l’occasion d’une réunion organisée il y a peu avec ses collègues.

« Un président de région nous a expliqué que sa commande de masques lui avait été piquée sur l’aéroport même, par les Américains, qui ont payé trois fois le prix, en liquide », a ainsi affirmé l’ancien secrétaire d’État aux affaires étrangères, interrogé par l'AFP.

Pour parer à toute éventualité et récupérer une commande de quatre millions de masques, prête depuis samedi dernier, la Région Paca a donc « finalement décidé de passer par le biais de Ceva, la filiale logistique de la CMA-CGM », une compagnie maritime d’affrètement française basée à Marseille.

« Au moins, je suis sûr que personne ne va me les acheter sur le tarmac. Normalement, ils sont sur la route vers l’aéroport. Mais je reste d’une prudence de Sioux, c’est un parcours du combattant incroyable », a toutefois précisé Renaud Muselier.

Vous l’aurez compris, le ravitaillement en masques est devenu le principal enjeu de cette lutte acharnée contre l’épidémie de Covid-19.

Le président Emmanuel Macron, qui essuie de très nombreuses critiques depuis le début de cette crise sanitaire sans précédent, a promis ce mardi « l’indépendance pleine et entière » de la France en termes de masques, d’ici à la fin de l’année.

Source : AFP
Plus d'articles