Covid-19 : l'île-de-France, les Hauts-de-France et trois autres départements reconfinés 7 jours sur 7 pour un mois

1 117partages

Un reconfinement total a été décidé ce jeudi pour 16 départements, dont les 13 de l’Île-de-France et des Hauts-de-France, alors que la situation sanitaire n’en finit plus de s’aggraver dans les deux régions les plus densément peuplées de France. L'Eure, les Alpes-Maritimes et la Seine-Maritime sont les trois autres départements concernés. Et c'est reparti pour 4 semaines !

Le couperet est tombé !

Un reconfinement strict sept jours sur sept a été décidé ce jeudi par l’exécutif pour 16 départements au total, dont ceux de l'Île-de-France et les Hauts-de-France, et ce pour une durée d'un mois minimum, alors que la situation sanitaire n’en finit plus de s’aggraver dans les deux régions les plus densément peuplées de France.

Les 8 départements franciliens, les 5 départements des Hauts-de-France, l'Eure, les Alpes-Maritimes et la Seine-Maritime, sont tous concernés par cette mesure qui entre en vigueur dès ce vendredi minuit Les déplacements interrégionnaux sont également interdits alors que les activités extérieures bénéficient d'un assouplissement.

C'est le Premier ministre Jean Castex qui l'a annoncé ce jeudi à l'occasion d'une conférence de presse, initialement prévue à 18 h puis décalée à 19h.

Crédit photo : Javier Pina / Shutterstock

Pas favorable à l'idée, Emmanuel Macron a finalement été contraint de confiner l'Île-de-France et les Hauts-de-France 

Devant les appels incessants des médecins et les recommandations du Conseil scientifique, le gouvernement n’a donc pas eu d’autres choix que de prendre cette décision, que voulait à tout prix éviter Emmanuel Macron.

Jusqu’au dernier moment, le chef de l’État a ainsi fait des pieds et des mains pour tenter de trouver une alternative crédible, en vain.

La troisième vague, due notamment au variant britannique de la Covid-19, et la perspective d’une saturation dramatique des hôpitaux ont définitivement convaincu le président de la République de confiner l'Île-de-France et les Hauts-de-France à temps plein, ainsi que l'Eure, la Seine-Maritime et les Alpes-Maritimes.

Mardi soir, veille du traditionnel conseil de défense sanitaire, Emmanuel Macron avait pourtant affirmé que la vie en Île-de-France s’avérait incompatible avec un confinement le week-end, tout en reconnaissant qu’il fallait instaurer des « mesures de freinage ».

« La vie dans cette région est quand même un peu différente, le confinement le week-end est une mesure qui est compliquée à prendre (…) on a des gens qui rentrent tous les soirs très tard chez eux » donc « on ne peut pas les reconfiner du vendredi soir au dimanche soir, c’est une vie impossible », avait-il ainsi déclaré, lors d’une visioconférence avec des maires franciliens, dont la teneur a été révélée par nos confrères de France Bleu.

Mais les chiffres des dernières 24 heures (38 501 contaminations supplémentaires sur les dernières 24 heures) ont rappelé que la situation était critique et que la pression hospitalière demeurait préoccupante.

Après avoir étudié le pour et le contre, la décision de reconfiner totalement l’Île-de-France et le Pas-de-Calais a finalement été prise, très certainement à contrecœur, par l’exécutif. Déjà confinés le week-end, les Alpes-Maritimes voit donc son confinement s'étendre pour toute la semaine, à l'instar de l'Eure et de la Seine-Maritime. Ce confinement entrera en vigueur vendredi minuit et durera quatre semaines.

Comme lors des deux précédents confinements du printemps et de l’automne 2020, les habitants de deux régions devront se munir d’une attestation dérogatoire de déplacement pour sortir de leur domicile. Les motifs restent inchangés. Si les écoles resteront néanmoins ouvertes, les commerces non-essentiels devront fermer tandis que les restrictions entourant les activités en extérieur vont être assouplies. En effet, il sera possible de sortir sans limite de durée dans un rayon de 10km.

Pour les autres départements, le couvre-feu a été maintenu mais repoussé à 19h.

Tout au long de ce jeudi, l’exécutif a cherché une solution hybride - à mi-chemin entre couvre-feu et confinement - tout en gardant un œil sur Amsterdam, dans l’attente d’une déclaration de l’Agence européenne du médicament sur l’utilisation du vaccin AstraZeneca.

Finalement, la vaccination avec AstraZeneca reprendra du service à partir de demain, et pour l'occasion, Jean Castex a annoncé qu'il en recevra sa première injection.

Plus d'articles
À lire aussi