Coronavirus : le Parlement chinois vote l'interdiction du commerce et la consommation d'animaux sauvages

4 483partages

Face à la propagation du coronavirus, le comité permanent du Parlement chinois a décidé d’interdire le commerce et la consommation d’animaux sauvages. Cette décision tardive prend place dans un climat alimenté par la terreur. De nombreux pays dénombrent de plus en plus de personnes contaminées.

Enfin. Ce lundi 24 février, la Chine a décidé d’interdire « complètement » et de manière immédiate le commerce et la consommation d’animaux sauvage, en attendant le vote d’une loi définitive. En effet, le marché de Wuhan est considéré comme l’épicentre de l’épidémie du coronavirus.

Dans ce marché, les commerçants vendaient toutes sortes d’animaux sauvages. Les clients pouvaient y trouver des grenouilles, des civettes, des serpents ou des chauves-souris. La plupart de ces espèces étaient enchainées dans des cages ou vendues vivantes. Des chercheurs chinois estiment que le coronavirus provient d’un animal sauvage qui a été vendu sur place. L'hygiène déplorable du marché était l'endroit idéal pour la transmission du virus. 

 

Crédit Photo: Shutterstock/tostphoto

 Cette habitude de manger des espèces exotiques est une pratique courante dans certaines régions de l’Empire du Milieu. Les Chinois pensent que ces animaux ont des vertus anti-cancérigènes ou qu’ils permettent de les préserver de plein d’autres maux.

D’autres consomment également des espèces en voie de disparition comme le tigre. Ces animaux sont tués pour la fabrication de remèdes traditionnels. En Chine, de nombreuses associations se battent pour l’interdiction de cette pratique. Certains médias chinois ont pointé du doigt cette consommation alimentaire. En 2018, les autorités du Hubei ont dénombré 250 cas de trafic d’animaux sauvages.

Crédit Photo : Shutterstock /Parkpoom Kotcharat

L’épidémie du coronavirus a mis en exergue « l’important problème de la consommation excessive d’animaux sauvages et les grands dangers cachés pour la santé et la sécurité publiques ». Ce n'est pas la première fois que cette pratique est suspendue. Pendant la crise du Sras (Syndrome respiratoire aigü sévère), en 2002 et 2003, la Chine avait interdit le commerce d’animaux sauvages.

Le Covid-19 est en train de semer un vent de panique dans le monde entier. On recense près de 80 000 personnes touchées par le virus. 2619 personnes contaminées par la pneumonie sont mortes. En Chine, le bilan s’élève à 2592 morts. La Corée du Sud est en état d’alerte maximal. En Europe, l’Italie est le pays le plus touché par le virus où cinq personnes sont déjà décédées.

Pour le moment, la source exacte du coronavirus n’a pas été identifiée.

Source : France Info
Plus d'articles