À partir du 15 septembre, les soignants qui ne seront pas vaccinés ne pourront plus travailler et ne seront plus rémunérés

5 938partages

La vaccination a été rendue obligatoire pour tous les soignants et ces derniers devront impérativement être vaccinés avant le 15 septembre, sous peine de ne plus pouvoir travailler. Précisions.

La mesure était attendue, elle est désormais officielle !

La vaccination contre le Covid-19 sera bien obligatoire pour les soignants mais aussi pour « tous les professionnels au contact des personnes fragiles », a ainsi annoncé Emmanuel Macron lors de son allocution de lundi soir.

Si cette obligation ne faisait plus guère de doute en raison de la menace du variant Delta, les modalités de cette mesure forte l’étaient en revanche beaucoup moins et ne manqueront pas de faire réagir.

Car dans la foulée des annonces du chef de l’État, le ministre de la Santé a en effet précisé que les personnels non vaccinés ne pourront plus exercer leur métier et, par conséquent, ne seront donc plus rémunérés, dès la mi-septembre.

« À partir du 15 septembre, si vous êtes soignant et que vous n’êtes pas vacciné, vous ne pourrez plus travailler et vous ne serez plus payé », a ainsi déclaré Olivier Véran sur le plateau de LCI.

Les employeurs (agences régionales de santé, directions d’établissement, assurance maladie) « seront habilités à effectuer des contrôles comme ça existe déjà dans le droit commun pour d’autres maladies, notamment l’hépatite B », a poursuivi l’intéressé qui a exhorté les soignants à se faire vacciner « dès ce soir, dès demain ».

« On parle d’un public d’environ 1,5 millions de personnes, de professionnels de santé, du soin, dans les hôpitaux, les Ehpad, au domicile, des pompiers (...) », a par ailleurs précisé le ministre, dont les annonces chocs risquent de susciter, au mieux, l’incompréhension, au pire, la colère d’une partie des personnels soignants qui s’opposaient jusqu’à présent à la vaccination obligatoire.

Certains n’ont d’ailleurs pas manqué de faire part de leur courroux hier soir, notamment sur les réseaux sociaux.

Plus d'articles
À lire aussi