Dans la nuit du 21 au 22 avril, ne ratez pas la pluie d'étoiles filantes des Lyrides

31Kpartages

Nous n'avons pas eu de bonne pluie de météores depuis janvier. Mais que les passionnés d’astronomie et d’observation céleste se rassurent, c’est sur le point de changer. En effet, les mois d’avril et de mai seront les théâtres de nouvelles arrivées importantes de météores au-dessus de nos têtes. Et ces derniers devraient être largement visibles.

Crédit : Antoni Cladera

Il y a peu de choses dans le ciel nocturne qui soient aussi frappantes qu'une pluie de météores active. Celles et ceux qui ont déjà eu l’opportunité d’en apercevoir savent que c’est un spectacle impressionnant qui donne des frissons tellement il est unique et surréaliste.

Mais assister à tel un événement se mérite et n’est clairement pas donné à tout le monde car Il faut être présent à la bonne date au bon endroit et que le temps soit suffisamment clair et dégagé.

Vous l’aurez compris, il y a donc une grande part de chance dans l’observation de ce phénomène.

Cela fait un moment que les astronomes, qu’ils soient amateurs ou professionnels, débutants ou expérimentés, n’ont pas eu le privilège d'assister à une pluie de météores digne de ce nom. Ce n’est pourtant pas la météo glaciale de l’hiver qui les aurait retenus à la maison s’il y avait eu un véritable spectacle à se mettre sous la dent mais ce ne fut malheureusement pas le cas, et ce depuis le mois de janvier.

Ceci étant dit, cette période de disette est en train de se terminer et de nouvelles observations pourront être faites au cours des prochaines semaines. Rien qu’en avril et en mai, plusieurs pluies de météores seront visibles dans le ciel.

Les Lyrides, pluie d'étoiles filantes à ne pas rater dans la nuit du 21 au 22 avril

Si aucune de ces pluies ne devrait être aussi lumineuse que les Perséides ou les Géminides, deux de celles qui produisent généralement les spectacles les plus époustouflants, elles sont quand même prévues et jugées par les spécialistes pour être de véritables shows qui risquent d’en mettre plein la vue.

Tout d'abord, en avril, la pluie de météores Lyrides arrive. Elle a déjà commencé à produire des météores et certains ont pu être aperçus mais elle atteindra son apogée dans la nuit du 21 avril au 22 avril. « Les astronomes doivent s'attendre à 10 à 20 météores par heure lors du pic des Lyrides » a déclaré, Bill Cooke, du Meteoroid Environment Office de la NASA, à nos confrères de Thrillist.

Seul hic, la brillance importante de la lune pourrait causer certaines interférences et atténuer la qualité des observations. Et pour cause, au début de la nuit, la lumière de la lune empêchera les astronomes de voir autant de météores qu'ils pourraient si les conditions étaient optimales.

Pour éviter de subir la lumière de la lune, Bill Cooke suggère de sortir très tôt dans la nuit au matin du 22 avril.

Peu après les Lyrides, la pluie de météores Êta aquarides atteindra son apogée. Cela se passera dans la nuit du 5 mai au 6 mai. Cette dernière, créée par les débris de la comète de Halley, pourrait offrir un spectacle allant jusqu'à 40 météores par heure.

De quoi ravir les astronomes en manque de météores, qui devraient alors s’en donner à cœur joie et passer des moments extraordinaires, les yeux rivés vers le ciel.

Crédit : Ryan Hallock

Quelles sont les meilleures conditions pour observer une pluie de météore dans le ciel ?

À noter que pour observer une pluie de météores dans les meilleures conditions possibles, il est recommandé de se diriger vers des zones sombres en s'éloignant de la pollution lumineuse des villes. C'est particulièrement vrai pour les Êta aquarides, car cette pluie a tendance à produire des météores de faible intensité.

En plus de vous éloigner de toute agglomération artificiellement éclairée, il est primordial de choisir la bonne heure pour voir le ciel au mieux. En ce qui concerne les météores, l’idée est d’éviter toute interférence de la lune. Pour cela, il faut donc commencer à observer aux alentours de 2 heures du matin jusqu'à l'aube.

Source : Thrillist
Plus d'articles
À lire aussi