Découverte en Ouzbékistan d'un dinosaure prédateur, bien plus redoutable encore que les T-Rex

Amateurs de dinosaures ? Cap sur l'Asie et plus précisément l'Ouzbékistan, où une récente découverte a permis à des scientifiques de démontrer qu'une nouvelle espèce de carnivores surclassait les T-Rex, il y a 90 millions d'années. 

Un conseil, oubliez toutes vos certitudes sur les dinosaures !

Si vous pensiez que les T-Rex représentaient l’espèce la plus majestueuse et la plus dangereuse à la fois, ce qui va suivre risque de vous faire tomber de haut.

Suite à des fouilles menées en Ouzbékistan, des paléontologues ont ainsi identifié une nouvelle espèce carnivore, en analysant un fragment de mâchoire.

Baptisé Ulughbegsaurus uzbekistanensis, cet animal d’environ dix mètres de long aurait, selon toute vraisemblance, vécu il y a 90 millions d’années et aurait été un prédateur encore plus redoutable que les petits tyrannosaures de l’époque.

Crédit photo : Julius T. Csotonyi / University of Tsukuba

Ce dinosaure, dont un fragment de mâchoire a été découvert en Ouzbékistan, était un prédateur encore plus redoutable que le T-Rex

Contrairement aux idées reçues et autres fantasmes véhiculés notamment par le septième art, les célèbres T-Rex n’ont pas toujours été les rois du règne animal en ces temps immémoriaux.

En effet, durant leur existence, ces derniers ont plusieurs fois dû subir la loi de prédateurs qui leur étaient supérieurs.

C’est notamment le cas des Carcharodontosauriens, une famille réunissant des théropodes de moyenne et de grande taille, qui ont vécu il y a entre 130 et 90 millions d’années.

La découverte de fossiles a démontré que ces créatures pouvaient mesurer plus de dix mètres de long pour un poids supérieur à cinq tonnes.

Des mesures et une masse hors-norme qui leur permettaient de rivaliser avec les tyrannosaures ou encore les spinosauridés.

La trouvaille réalisée récemment en Ouzbékistan vient confirmer ce postulat !

Curieusement, la découverte de ce fragment de mâchoire datait des années 1980 mais il a fallu attendre 2019 pour que des paléontologues - qui l’avaient retrouvé dans les collections d’un musée ouzbek - l’analysent avec précisions.

Et c’est la dimension extraordinaire du fragment qui a tout de suite interpellé les scientifiques, lesquels ont ensuite déduit que la créature disposant d’une telle mâchoire était plus grande que toutes les espèces qu'elle côtoyait.

Crédit photo : Tanaka et al., Royal Society Open Science 2021

« Au sein des dinosaures théropodes, la taille du maxillaire peut être utilisée pour estimer la taille de l’animal parce qu’elle est corrélée à la longueur du fémur, un indicateur bien connu de la taille corporelle », explique ainsi Kobei Tanaka, paléontologue et principal auteur de l’étude sur le fragment ouzbek, dont les conclusions ont été publiées dans la revue Royal Society Open Science.

« Nous avons donc pu estimer que ce dinosaure avait une masse supérieure à une tonne et mesurait approximativement 7,5 à 8 mètres de long, soit plus que la longueur d’un éléphant africain adulte », précise le scientifique.

À titre de comparaison, le Timurlengia, un tyrannosaure dont des ossements ont été retrouvés dans la même région, ne mesurait « que » trois mètres de long pour 170 kilogrammes.

Une différence flagrante qui tend à démontrer que les spécimens Ulughbegsaurus uzbekistanensis devaient mener la vie dure aux T-Rex, ainsi qu’à tous les autres dinosaures.