Deux rarissimes orques blanches ont été observées au large du Japon

8 024partages

Scène magnifique au Japon où deux sublimes orques blanches ont été observées au large de l’île d’Hokkaidō. Atteints de leucisme, ces mammifères marins sont extrêmement rares. 

La nature ne cessera jamais de nous surprendre !

Crédit photo : Nagashima / Magnus News / SIPA

Et ce ne sont pas les employés de la société japonaise d’excursion Gojiraiwa-Kanko qui viendront dire le contraire.

Alors qu’ils organisaient une sortie en bateau au large des côtes pour observer les baleines, ces derniers ont en effet eu la surprise de leur vie, en apercevant non pas une, mais deux magnifiques orques blanches.

Crédit photo : Nagashima / Magnus News / SIPA

Deux rarissimes orques blanches observées au large de l’île d’Hokkaidō, au Japon

La scène absolument rarissime s’est déroulée le 24 juillet dernier dans le détroit de Nemuro (également appelé Notsuke ou Kunashirskiy), situé à l’est de l’île d’Hokkaidō, dans les eaux du Pacifique.

Une employée de la société Gojiraiwa-Kano, qui a assisté au spectacle, a raconté aux médias que l’une de deux orques - ou épaulards - était plus âgée avec une peau légèrement plus foncée qu’à l’accoutumée.

Crédit photo : Nagashima / Magnus News / SIPA

Quant à la seconde, elle était plus jeune et arborait des marques très visibles de griffures, qui ressemblent presque à des scarifications.

Selon cette employée, c’est la première fois que deux orques blanches sont observées au large des côtes du Japon.

Crédit photo : Nagashima / Magnus News / SIPA

Crédit photo : Nagashima / Magnus News / SIPA

Un membre de l’équipage du bateau a pu immortaliser cet instant, où le temps semble suspendu.

Des images aussi rares que magnifiques !

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ces deux mammifères marins ne sont pas des albinos, mais des animaux atteints de leucisme, une mutation génétique qui engendre une faible production de mélanine.

Crédit photo : Nagashima / Magnus News / SIPA

Si le leucisme engendre une couleur blanche de l’épiderme, il se distingue néanmoins de l’albinisme par une pigmentation normale de l’iris, laquelle est à l’inverse rouge vive chez les sujets albinos.

Considérées comme des créatures mythiques en raison de leur rareté, les orques blanches sont difficilement observables.

De nos jours, seuls cinq spécimens sont connus des scientifiques.

Crédit photo : Nagashima / Magnus News / SIPA

Source : Daily Mail