À Singapour, un restaurant a servi pour la première fois du poulet artificiel

730partages

Pour la première fois, du poulet fabriqué en laboratoire a été servi dans un restaurant à Singapour le 19 décembre 2020.

Il y a de ça quelques années, la viande artificielle relevait encore d’un rêve, c’est désormais une réalité. Récemment, des scientifiques ont réussi à créer un steak à partir de cellules humaines, cette fois-ci c’est, du poulet.

C’est la start-up Eat Just qui est à l’origine de cette innovation, après avoir reçu le feu vert des autorités locales. Elle explique avoir fabriqué plus de 20 lots de viande de poulet artificielle, le tout dans des bioréacteurs de 1200 litres avant de soumettre sa production à des tests de qualité et de sécurité. Son poulet, créé en laboratoire, a été servi pour la première fois dans le restaurant 1880, installé dans le quartier huppé de Singapour.

Crédit : nuggets de poulet avec sauces sur fond bois / Shutterstock

Une étape révolutionnaire contre le changement climatique

Les premières personnes à avoir dégusté le poulet sont des jeunes de 14 à 18 ans, invités pour l’occasion. C’est une « étape révolutionnaire dans la lutte contre le changement climatique et l'approvisionnement de la population mondiale sans abîmer la planète », a affirmé le fondateur du restaurant, Marc Nicholson.

Il sera proposé prochainement dans d’autres restaurants de la cité-État. « Je suis persuadé que l'autorisation du régulateur pour notre viande cultivée sera la première d'une série à Singapour et dans d'autres pays dans le monde », a indiqué Josh Tetrick, co-fondateur et PDG de l’entreprise dans un communiqué.

Alors que l’élevage, responsable de 14,5 % des émissions de gaz à effet de serre, mais aussi de déforestation et d’une pollution des sols et des eaux est régulièrement critiqué, il est nécessaire de trouver des alternatives.

Crédit : Poulet croustillant avec ketchup sur fond blanc / Shutterstock

Des dizaines de start-up travaillent sur des projets de viande artificielle

D’après le PDG, cette innovation « nous rapproche d'un monde où la majorité de la viande que nous mangerons ne nécessitera pas de détruire une seule forêt, de déplacer un seul habitat d'animal ou d'utiliser une seule goutte d'antibiotiques ».

Actuellement, des dizaines de start-up dans le monde travaillent sur des projets de viande artificielle. Un des problèmes de la viande produite en laboratoire concerne son prix. Le coût de production est bien trop élevé pour pouvoir concurrencer l’élevage.

Crédit : Table en bois vintage avec nuggets de poulet fraîchement préparés / Shutterstock

La start-up assure de son côté, avoir fait des progrès afin de réduire les coûts, le prix des nuggets n’a pas été révélé. « Dès le début, nous aurons un prix similaire au poulet haut-de-gamme d’un restaurant chic », a expliqué un porte-parole à l’AFP.

« En collaborant avec le secteur agricole dans son ensemble et avec des politiques visionnaires, des compagnies comme la nôtre peuvent aider à répondre à la demande en hausse pour les protéines animales d'une population qui atteindra 9,7 milliards d'ici 2050 », a souligné Josh Tetrick.

Source : LCI
Plus d'articles