En Bretagne, l'association Trotteur For Ever sauve les chevaux destinés à l'abattoir et leur offre un nouveau foyer

1 771partages

En Bretagne, un couple a créé une association pour sauver des chevaux de course de l’abattoir. Les deux Bretons se sont confiés à nos confrères de Ouest France.

Noémie Calloud et Mathieu Wronka forment un couple de super-héros. En 2018, cette passionnée d’équitation et son conjoint ont créé Trotteur for ever, une association à but non lucratif.

Cette organisation, basée à Val-d’Anast, s’évertue à sauver des anciens chevaux de course de l’abattoir: « Il y a trois ans, nous avons décidé d’offrir une alternative à l’abattoir pour les trotteurs réformés », a indiqué Noémie à Ouest France.

Le couple recueille des poulinières en fin de carrière et des jeunes trotteurs qui ne sont pas assez performants pour les courses hippiques. Dans la plupart des cas, les équidés sont envoyés à l’abattoir.

C’est à partir de ce moment-là que l’association intervient: « On propose aux écuries de racheter leurs animaux au même prix et l’on en prend soin, le temps de leur trouver un nouveau propriétaire pour les adopter ».

Crédit Photo : OUEST-FRANCE

Depuis l’été dernier, Noémie et Mathieu louent les installations d’une écurie du coin: « Un site plus adapté à nos besoins, avec des paddocks, une carrière pour dégourdir les animaux, des locaux pour entreposer le matériel, un bureau », a expliqué le couple.

Auparavant, les chevaux vivaient dans un champ d’un hectare en attendant de trouver un nouveau foyer.

L’association a sauvé 197 trotteurs de l’abattoir

En l’espace de deux ans et demi, l’association a déjà secouru 197 trotteurs : « Soit les anciens propriétaires nous les amènent jusqu’ici, soit nous allons les chercher, deux fois par mois, avec un van de location », a confié la Bretonne au quotidien régional.

Sur place, les bénévoles font tout leur possible pour aider les chevaux à s’adapter à leur nouvelle vie. Durant leur séjour, les équidés subissent une véritable transformation :

« La plupart ont deux ou trois ans maximum, ils n’ont connu que le trot attelé et n’ont jamais été montés. Mais les chevaux sont ici en transition, nous leur offrons un temps de repos, avant de commencer leur travail de réforme dans leur nouvelle famille »

Crédit Photo : OUEST-FRANCE

Sans surprise, Trotteur for ever rencontre un franc succès auprès des propriétaires et des écuries. Sur le site internet de l’association, les chevaux possèdent tous une fiche d’identité avec une photo.

De son côté, le propriétaire adoptant s’engage à donner des nouvelles du cheval plusieurs fois par an. Il doit également promettre de ne pas l’utiliser pour la chasse à courre ou la corrida. Enfin, les juments ne doivent pas servir de mères porteuses.

« Nous tenons à offrir une vie paisible, autour de la promenade, du loisir, à ces chevaux qui peuvent vivre une trentaine d’années ».

Source : Ouest France
Plus d'articles
À lire aussi